…ou les maudites listes, c’est selon. Aujourd’hui, tout fonctionne avec ça. On s’en fait de repas, d’épicerie, de choses à faire, de chansons sur iTunes, d’éléments à ne pas oublier. En ce moment, je suis même en train de vous en inventer une: une liste de listes. Au travail, chaque fois qu’on a un peu trop de broue dans l’toupet, y’a quelqu’un pour nous demander, l’air d’avoir tout compris de la vie: As-tu fait une liste? Et comme si ce n’était pas suffisant, ze liste, l’ultime liste, la Reine d’Angleterre des listes arrive pour nous hanter: celle de cadeaux de Noël.

Elle, elle tombe sur les nerfs. J’imagine que c’est pareil chez vous, mais moi, «sais-tu c’que t’aimerais avoir c’t’année?» est la question principale de nos discussions du samedi soir… depuis au moins trois semaines. Chaque année, depuis que je sais que le père Noël c’était mon oncle Gilles, on me demande d’en produire une. Quand on est jeune, ça va: les catalogues Sears étaient remplis de bonnes idées à l’époque. Je me souviens d’avoir encerclé à peu près partout dedans. J’ai même déjà encerclé un gâteau aux fruits, c’est bien pour dire.

Mais après un certain âge, nos besoins sont moins propices à les traduire en idées de cadeaux. Si c’était le cas, ma liste aurait l’air de ça, cette année: du liquide à verre de contact, un paquet de caleçons pis deux ou trois paires de bas noirs. En étirant un brin, je pourrais ajouter une boîte de Fruit Loops; j’aime ça, mais je n’ose jamais m’en acheter moi-même au magasin de peur de me faire juger. Ben quoi? C’est une liste de choses dont j’ai besoin. C’est pas ça le but?

Récemment, pendant une discussion sur le sujet, on m’a dit: Sans être un besoin, y’a sûrement quelque chose que t’aimerais avoir. Pendant une fraction de seconde, et avec une p’tite miette de mauvaise foi, j’ai pensé mettre un voyage en Italie sur ma liste… Ben quoi? C’est pas un besoin, mais j’aimerais ça avoir ça… Remarque que si c’est ça le principe, j’ajouterai que je veux la paix dans le monde, un chalet aux Îles et un plein gros truck de Fruit Loops. Pourquoi pas?

Qu’est-ce que tu inscris sur une liste de cadeaux de Noël quand tu n’as besoin de rien? Et puis, à part ça, pourquoi on fait une liste? Le but d’offrir un présent à quelqu’un qu’on aime, c’est de lui faire plaisir. Et le vrai plaisir naît de la surprise. C’est comme le premier baiser : si tu demandes à la fille quel genre de bec elle souhaiterait recevoir de toi avant de passer à l’action, ça se peut qu’elle réponde un p’tit bec sec pis tu vas trouver le reste de ta soirée un peu longue.

Pour moi, la liste de cadeaux contribue à tuer la magie de Noël d’année en année. À cause de ça, on ne prend plus le temps de penser à l’autre et à ce qui lui ferait vraiment plaisir. Si, pour toi, le but de m’offrir un cadeau c’est de dépenser ton argent, fais-moi un chèque et passe de joyeuses fêtes.

Aujourd’hui, on part magasiner avec un bout de papier plutôt qu’avec un brin d’imagination. En fait, le seul bout de papier qu’on devrait avoir le droit de garder avec nous au Centre d’achat, c’est la photo de ceux ou celles à qui on veut faire plaisir. Mais malheureusement, l’idée de la liste est tellement ancrée en nous que si tu ne t’y fies pas, y’a de fortes chances que dans le fin fond du coin de sourire de la personne que t’as surprise, tu perçois un mince filet de déception qui coule pour te supplier: «L’an prochain, consulte ma liste». La liste maudite… ou la maudite liste, c’est selon.

J’ai finalement fait une liste. Comme chaque année. Un mélange de besoins réels et de besoins créés de toute pièce pour l’occasion. Et puis j’ai mis aussi un souhait: celui que l’an prochain on ne fasse plus de listes. On prendra le risque de plaire ou de décevoir, mais au moins on se surprendra. Et ces cadeaux-là, parce qu’ils auront été choisis méticuleusement par le donneur, seront particulièrement remplis d’amour et de tendresse pour le receveur. Pour les intéressés, j’ai aussi demandé un aréna plein de Fruits Loops. Bon magasinage!

On se r’parle!

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle