Je me souviens très bien de la première rencontre officielle entre le Comité de parents pour une école française à Saint-Jean de Terre-Neuve et le ministère de l’Éducation. C’était un soir de novembre froid et noir et il me semblait que nous allions entamer une bataille, justifiée certes, mais impossible à gagner: l’obtention d’une école pour accueillir, éventuellement, un jour, dans un futur qui nous semblait très lointain, nos enfants encore en devenir. C’était il y a 40 ans environ et le moins qu’on puisse dire c’est qu’en sortant de cette première prise de contact, nous n’étions pas très optimistes!

Mercredi de cette semaine, le Conseil scolaire francophone de ma province annonçait une entente avec le ministère de l’Éducation pour l’ouverture d’une seconde école de la maternelle à la 12e année à Saint-Jean de Terre-Neuve! Pour utiliser une expression légale qui nous a souvent tant nui: «Les nombres le justifient».

Cette avancée importante a exigé (c’est souvent le cas!) le sens du compromis: les Franco-terre-neuviens voulaient une école flambant neuve, ils devront se contenter d’une école existante qui nécessite de nombreux travaux. Devant la situation financière catastrophique de la province, il importait de se montrer responsable.

Cette semaine, on a donc de quoi se réjouir à plusieurs titres: sur la scène internationale, que l’Acadie soit reçue par le Président français est une merveilleuse reconnaissance, tout comme il est remarquable qu’Antonine Maillet accède au titre de Commandeur de la Légion d’honneur (à titre d’information, d’ici à la fin 2023, seulement 25 personnalités internationales pourront accéder à ce rang). Et, sur le terrain, la capitale terre-neuvienne disposera l’an prochain d’un nouveau centre scolaire et communautaire pour servir une communauté francophone en pleine expansion.

Tout en profitant pleinement de ces moments de satisfaction, il importe aussi de réaliser qu’en francophonie et en Acadie, les avancées prennent du temps, beaucoup de patience et d’entêtement. Comme me l’avait dit un jour le regretté Gilbert Finn, «l’Acadie, c’est un long voyage avec de longs portages». Raison de plus de savourer nos victoires!

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle