Amusons-nous.

Imaginons ensemble à quoi un forfait de type tout-inclus pourrait ressembler aux Îles.

Tout d’abord, je parkerais Bertrand Déraspe et Michel à Gérard directement sur le quai de Cap-aux-Meules pour jouer de la musique et plonger nos touristes dans nos racines le plus vite possible.

Dans les tout-inclus, dès qu’on met le pied à l’hôtel, on nous attache un bracelet coloré autour du bras pour que les locaux sachent que tu as le droit de profiter de tout… pendant qu’eux profitent de toi. Chez nous, je suggère la même chose, mais avec un bout de goémon; comme ça, même à l’odeur, on va les reconnaître.

Habituellement, ce genre d’endroit propose des chaises longues sur ses plages. Mais pas question d’importer ça chez nous. Si tu n’es pas capable de te faire bronzer en étant simplement couché sur une serviette de Superman déteinte, reste chez vous!

Par contre, j’enverrais Léonce Arseneau barbocher directement à travers les dunes pour offrir sa bagosse gratuitement à tout le monde. Il pourrait même en profiter pour leur parler des phoques afin de défaire certaines fausses idées qu’ils se sont fait introduire dans la tête à leur insu.

Dans les activités proposées, ils pourraient, entre autres, profiter d’un tour de quatre roues dans le bout de la Dune du Nord, à Fatima. Au retour, ils feraient un arrêt au dépanneur Chez Pâtrick pour s’acheter des cochonneries. Aussi, ils auraient la chance de vivre nos hivers en utilisant un convoi pour se rendre au Havre avec la possibilité de s’asseoir dans la pelle en avant.

Évidemment, ce genre de voyage impose de découvrir la gastronomie locale. Comme nous n’avons pas vraiment de buffet à leur offrir, je propose le circuit «C’est ban dans la djeule» avec une poutine du Dany Luc, un sous-marin de chez Armand, un bâtonnet à l’ail de la Patio, une pizza aux fruits de mer du Decker Boy pis un snack de côtes du Dixie Lee. Les artères moins solides, s’abstenir. Pour tous les autres restaurants, ce serait sur réservation et moyennant un coût supplémentaire. Ça a beau être un tout-inclus, il ne faudrait quand même pas exagérer.

Ce serait intéressant d’en profiter pour inventer un nouveau plat typique, d’ailleurs. Et tant qu’à le faire, on pourrait s’amuser un peu en créant quelque chose de ridicule. Si nos touristes sont prêts à croire qu’on endort vraiment un homard en le couchant sur le dos et en y flattant le ventre avant de le faire cuire, ils sont prêts à croire pas mal n’importe quoi. Alors je propose un tout nouveau dessert typiquement madelinot: une vieille carcasse de crabe frite avec une boule de crème glacée aux palourdes. J’ai déjà hâte de voir la face des premiers qui vont y goûter en pensant que nous cuisinons ça de génération en génération.

Chaque jour, au lobby d’un hôtel où tout est inclus, il y a des spectacles qui nous font apprécier le talent et parfois l’histoire de la place. Chez nous, je ferais ça dans l’entrée du Centre Récréatif, et chaque soir, on présenterait un bout de la pièce Mes Îles, mon Pays. Mais dans sa plus récente version. Pas celle des premières années avec les Indiens du temps de Jacques Cartier qui portaient des foulards Harley Davidson et des lunettes de myope.

Souvent dans un tout-inclus, on peut voir des paons, des petits lézards et des perroquets. Chez nous, on pourrait leur proposer des loups-marins, les vaches à Léo et Fils… et on pourrait remplacer les perroquets par Tante Emma. Je pense que ça ferait pareil.

Aussi, je sais que certains le font déjà, mais dans le cas où les Îles deviendraient un tout-inclus, ce serait correct d’acheter des petites gogosses au magasin à la piastre, au centre commercial, et d’écrire «Îles de la Madeleine » dessus pour les revendre plus cher. On devrait d’ailleurs tous s’installer le long du chemin Le Pré avec nos kiosques de cossins madelinots afin de s’assurer que tout le monde repart de chez nous avec un souvenir cheap… comme dans tous les tout-inclus du monde.

Évidemment, on doit donner de l’alcool à nos visiteurs. C’est comme une loi non écrite. Alors je propose que la SAQ offre des shooters de Gordon Gin à tout le monde qui porte son goémon autour du bras et qu’il y ait une dégustation de bagosse artisanale de Mi-Carême aux quatre stops, à Fatima. Et pour bien faire, je pense que j’offrirais aussi des galettes au sucre, des galettes à la m’lasse et des bobans aux patates au rond-point, à Grande-Entrée. Il faut bien que ça serve à quelque chose, ces infrastructures-là.

Évidemment, je m’amuse. Loin de moi l’idée de penser que ce serait une bonne chose. L’offre de nos villages est trop riche et de trop grande qualité pour la donner, comme ça, à des étrangers. Prenons soin de cette richesse qu’est le tourisme. Continuons de garder la barre bien haute pour que les visiteurs continuent de voyager pour venir à notre rencontre. Ils verront que malgré tout, beaucoup de choses sont incluses dans nos «rien d’inclus».

On se r’parle!

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle