À peu près à pareille date l’an dernier, le gouvernement provincial annonçait qu’il tiendrait au début septembre une conférence de presse et une séance d’information technique sur ses résultats financiers du premier trimestre. Peu après, l’évènement était annulé sans explication.

Ce n’est que plus d’un mois plus tard, après que l’on eut appris dans les journaux que la situation financière de la province était sans doute bien meilleure que ne l’avait laissé entendre le gouvernement jusqu’alors, que l’on nous informa que les résultats seraient finalement divulgués le 13 octobre.

L’information, c’est l’oxygène de la démocratie. Pour que cette dernière fonctionne bien, les citoyens doivent avoir accès à toute information pertinente en temps opportun.

Cela, Blaine Higgs le sait très bien. Après tout, c’est lui qui avait parrainé en 2014 un projet de loi sur la transparence financière qui fixait à 60 jours le délai maximal pour divulguer les résultats financiers trimestriels.

En 2015, au grand dam de Blaine Higgs, les libéraux fraîchement élus de Brian Gallant annonçaient un grand ménage dans les mesures malicieuses de ses prédécesseurs en matière de gestion financière. Ainsi, le gouvernement ne serait dorénavant plus obligé de tenir un référendum avant d’augmenter la TVH ou d’introduire des péages routiers, ni de financer toute nouvelle dépense par des coupures dans d’autres programmes, ou encore d’éviter les déficits une fois l’équilibre budgétaire atteint.

Dans les mailles du filet du gouvernement Gallant se trouvait également l’obligation de divulguer les résultats trimestriels en temps opportun. Loin d’être malicieuse, cette mesure n’aurait pas dû être supprimée. C’est pourtant ce que fit le gouvernement Gallant, ce qui permit à celui de Higgs d’agir comme il l’a fait l’automne dernier sans enfreindre la loi.

Cela dit, le premier ministre devrait être tenu à des normes de conduite qui vont bien au-delà du simple respect de la loi. Après tout, c’est ce même Blaine Higgs qui nous rappelait à l’endos de la plateforme de son parti lors de la dernière élection que «Je n’ai jamais hésité à faire ce qui est juste, même si ça me nuit au plan politique. Ce n’est pas ma façon de faire».

Le 13 octobre, lors de sa conférence de presse, le gouvernement confirmait ce que plusieurs prenaient déjà pour acquis: loin de couler comme un vieux panier percé, ses coffres débordaient. Au cours du seul premier trimestre, plutôt qu’un déficit prévu de 145 millions $, il avait enregistré un surplus de près de 160 millions $.

Derrière ces résultats se trouvait une forte croissance économique qui, aux dires d’à peu près tous les prévisionnistes, allait se poursuivre pendant le reste de l’année.

Dans un tel contexte, on aurait pu s’attendre à ce que le gouvernement révise ses prévisions de revenus à la hausse lors de sa mise à jour d’octobre.

Or, il ne fit rien de tel. Au contraire, le ministre des Finances Ernie Steeves poussa l’absurde jusqu’à nous dire que son gouvernement baignerait dans l’encre rouge pour le reste de l’année.

Ce n’est bien sûr pas ce qui s’est produit. Dans les mois qui suivirent la conclusion de l’entente de principe avec le Syndicat canadien de la fonction publique, le gouvernement allait découvrir quelque 600 millions $ sous son matelas, ce qui allait lui permettre d’enregistrer un deuxième surplus record en autant d’années.

Le gouvernement de Blaine Higgs nous a offert un spectacle nauséabond en matière de transparence financière l’an dernier. Avec septembre qui approche à grands pas, il ne reste qu’à espérer qu’il ne jouera pas à cache-cache cette année et qu’il publiera des chiffres crédibles en temps opportun.

Entretemps, voici mon grain de sel: bien que les résultats trimestriels soient parfois volatils, attendez-vous à ce qu’ils soient bien meilleurs que ceux projetés par le gouvernement en mars.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle