Dominic Cardy a préféré cette année célébrer la rentrée scolaire à distance. Il s’est envolé pour des vacances personnelles en Ukraine, une visite qui a été bien mal perçue par la population.

Je ne veux pas être rabat-joie à mon tour, mais il me semble qu’un ministre de l’Éducation absent pour LA journée la plus importante de l’année scolaire, ça passe effectivement très mal.

Le voyage en soi n’est pas un problème, surtout qu’il a même été déboursé de la poche de M. Cardy directement. Le geste est noble et plein de bonnes intentions.

Il a utilisé son compte Twitter pour demander des appels à l’action directe et tente d’unifier sa voix à celle des autres afin d’aider des gens qui ont besoin de nous.

Mais le moment, lui, était très mal choisi et les raisons du voyage restent un peu floues pour expliquer cette absence très remarquée dans la province. Était-ce si pressant de s’y rendre là, maintenant?

Parce que le ministre arrivait justement d’un colloque en Europe avant son détour en Ukraine et il prenait son envol vers New York jeudi pour un autre événement dans le secteur de l’Éducation.

N’est-il pas plus important de faire acte de présence dans les moments où ça compte que d’accumuler les formations à l’international? C’est une question à se poser.

M. Cardy n’a pas été au Nouveau-Brunswick du tout depuis des semaines. Il est ministre de l’Éducation, pas agent humanitaire et ses activités personnelles, aussi chevaleresques soient-elles, ne devraient pas affecter ses fonctions.

On a bien vu que le monde n’a pas arrêté de tourner sans lui et que les districts et les enseignants peuvent très bien faire leur travail sans sa présence, mais c’est une question de leadership.

J’ai de la misère à concevoir que l’on s’éclipse à l’international dans un moment si crucial de son propre ministère. Une première rentrée en personne en trois ans. Une pénurie d’enseignants, de cuisiniers, de chauffeurs d’autobus comme on ne l’a jamais vu. Des élèves avec des résultats extrêmement alarmants.

Si on attend des paroles sages et porteuses d’espoir de notre ministre, on aura plutôt droit à une opinion plutôt douteuse sur le nombre de congés scolaires permis en raison de tempêtes d’hiver.

Bref, je crois que M. Cardy aura des réponses à donner aux citoyens de la province à son retour et qu’il devra faire acte de présence ces prochains mois afin de rattraper cette maladresse.

Je crois aussi que cette absence durant ce moment important reflète très bien la dynamique imposée par notre gouvernement actuel.

Soit notre gouvernement semble complètement désintéressé par des enjeux sociaux importants (l’éducation, les résultats scolaires, le manque de personnel). Soit il s’ingère allègrement dans des dossiers dont il n’est pas le premier porteur (la santé, les hôpitaux).

Ceux qui portent les chapeaux de ministres et de premier ministre devraient peut-être commencer à parcourir le terrain pour voir de leurs propres yeux la réalité des gens pour qui ils prennent des décisions.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle