Pour cette chronique, je vous propose de plonger dans le plus récent roman de Murielle Duguay. En musique, nous sommes conviés à un voyage musical d’un collectif mené par l’artiste BoBo OnO.

La ville qui l’a piégée, Murielle Duguay

Si dans son roman précédent, La tourmente du pêcheur, l’auteure originaire de Lamèque traitait du sentiment de culpabilité, cette fois, on est ailleurs et à une autre époque, même s’il s’agit aussi d’un récit à saveur psychologique. Le suspens est plus grand dans ce roman. C’est l’histoire d’une femme piégée par un amour malveillant et abusif. Il est aussi question de résilience et de courage. On imagine que le récit se déroule dans un passé pas si lointain.

La ville qui l’a piégée raconte l’histoire de Josette, une jeune femme de 17 ans qui quitte son village dans la Péninsule acadienne pour aller travailler à Montréal. Ses parents tentent de la dissuader, mais la jeune femme est déterminée à suivre sa propre route. Encore marquée par une agression subie dans sa jeunesse, Josette désire plus que tout partir loin de son village. La tête et le coeur remplis de rêves, elle débarque à Montréal après un voyage en train éprouvant. À son arrivée, elle est logée chez une parente très riche autoritaire qui lui trouve rapidement un emploi de secrétaire dans un cabinet d’avocat.

«Elle est tellement excitée qu’elle a l’impression d’être en apesanteur. À l’extérieur de l’édifice, elle s’arrête un instant, prend une grande respiration, regarde les nuages qui s’étirent dans le ciel. Les yeux fixés aux nuances de bleu, elle pense à son rêve qui va se réaliser.» Ainsi la jeune femme entame sa vie à Montréal.

Elle fait la rencontre de Luc, un homme charmant et grand séducteur, rempli de promesses, mais aussi plein de secrets. Tout semble trop beau pour être vrai, mais la jeune femme pleine de candeur n’y voit que du feu.

Son amoureux se révèle être un véritable manipulateur et un criminel. Ainsi, s’enchaîne une multitude d’événements qui viendront troubler sa vie. Elle se retrouve malgré elle impliquée dans un trafic de nourrissons mené par des êtres sans scrupules. Elle se sentira piégée et seule dans cette ville anonyme. Au fil de l’histoire, Josette livre ses états d’âme, ses angoisses, ses peurs et ses frustrations.

Sa cousine qui est policière l’aidera à surmonter les épreuves. La policière et ses collègues mèneront une enquête afin de tenter de démanteler ce réseau de prostitution et de trafic d’enfants.

Tous les ingrédients sont là pour construire une bonne intrigue et un récit plein d’émotions et de rebondissements. Le récit mise sur la psychologie des personnages. Or la grande naïveté de Josette me laisse perplexe. On tombe parfois dans le mélodrame. J’aurais aimé qu’on ne devine pas aussi rapidement le jeu de Luc et que l’auteure nous laisse un peu plus longtemps dans le doute.

Si la plume est poétique et que l’intrigue est captivante, il reste qu’il y a quelques longueurs, certains détails et dialogues étant superflus et redondants. Le récit aurait pu être un peu plus concis. Même si les événements sont dramatiques, l’auteure réussit à apporter une touche d’espoir. L’amour, l’amitié et la ténacité triomphent dans ce roman. (La Grande Marée, 2022). ♥♥♥

Fluxus, BoBo OnO

Le premier opus de l’auteur-compositeur-interprète BoBo OnO, alter ego de Nicolas Beaudoin, de Dolbeau au Lac-Saint-Jean, nous entraîne dans un univers musical hétéroclite aux couleurs funky rock, un peu psychédélique. C’est une véritable création collective.

Plusieurs musiciens et chanteurs de l’Acadie tels que Julie Doiron, Dany Placard, Pierre-Guy Blanchard, Viviane Roy et Mico Roy, ont collaboré à cet opus.

Un esprit de laisser-aller inventif plane tout au long de cette collection de 11 titres qui dégagent une espèce de groove décontracté. On pourrait y remarquer une certaine parenté (BoBo Song), avec Hubert Lenoir en raison de cette ouverture, de l’univers éclaté qui sort de la boîte. Une diversité de sonorités, amples, puissantes, des guitares musclées, des ambiances électroniques cosmiques et langoureuses, des voix trafiquées composent l’heureux cocktail musical.

La musique prime, les paroles étant reléguées plutôt au second plan. Préparez-vous à un voyage contrasté qui peut même être un peu déroutant puisque les influences sont multiples. Impossible de ne pas bouger en écoutant ce premier projet solo de Nicolas Beaudoin, un musicien qui a collaboré avec plusieurs artistes, dont Laura Sauvage, Dany Placard et PONI. Les paroles et la musique ont été composées par Nicolas Beaudoin et Benoît Bouchard. L’album sort le 30 septembre. ♥♥♥½

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle