L’offensive du gouvernement poursuit sa lancée effrontée contre les francophones du Nouveau-Brunswick.

On apprenait cette semaine que Blaine Higgs envisageait la privatisation du système de transport scolaire et l’abolition des services en anglais et en français, en vue de la création d’un service d’autobus bilingue.

Il s’est toutefois ravisé vendredi matin en envoyant son ministre de l’Éducation, Bill Hogan, rassurer les journalistes en leur faisant croire que ce projet était de «l’histoire ancienne».

Bizarre, puisque des documents obtenus par Radio-Canada démontrent que ce même gouvernement avait consulté des avocats en catimini, afin de voir s’il était juridiquement possible de mettre un tel plan à l’œuvre.

M. Higgs et ses pathétiques acolytes auraient vérifié, entre autres, quels auraient été les risques associés à cette décision sur le plan de la dualité linguistique au Nouveau-Brunswick.

Deux avis juridiques soumis par le gouvernement Higgs dans la dernière année prévoyaient même ces changements pour 2023.

«Histoire ancienne», faites-moi rire!

Je crois plutôt que M. Higgs n’a pas passé une bonne soirée jeudi. Que les pressions accordées à ce dossier ne lui ont laissé d’autre choix que de revenir sur son plan machiavélique de s’en prendre à nous, par l’entremise de nos enfants.

D’ailleurs, Dominic Cardy a bien exprimé son angoisse quant à la menace que pose Blaine Higgs sur le bilinguisme et la place des francophones au Nouveau-Brunswick.

Ça, c’est un allié. Tout comme Isabelle Thériault, Kevin Arseneau, Robert Gauvin, David Coon et ces politiciens de cœur et de principes qui ne se soumettent pas aux volontés de Higgs.

Ce qui est bien, c’est que notre situation commence à faire du bruit à l’extérieur de la province.

Le premier ministre Justin Trudeau a indiqué son désaccord quant à la nomination de Kris Austin au comité responsable de la révision de la Loi sur les langues officielles.

Le Journal de Montréal et de Québec publient des chroniques sur nous ce fiasco politique. Les Franco-Ontariens, les Québécois et les Acadiens des Maritimes sont sensibles à notre cause.

Nous nous pensons parfois trop petits pour bousculer et déranger, mais rappelons-nous que l’union fait la force.

Avec ce gouvernement conservateur de Blaine Higgs, nous sommes dans une ère de notre histoire où nous devons, encore, défendre notre culture et nos intérêts. Nous devons nous tenir debout devant l’oppresseur. Rendons fiers nos aïeux et ne baissons pas la tête devant l’adversité, c’est notre responsabilité et notre devoir le plus cher.

Levons-nous avant qu’il ne soit trop tard.

Talonnons les bureaux de circonscriptions des conservateurs avec des lettres et des appels à la hauteur de notre frustration.

Créons une pétition pancanadienne bilingue pour demander la démission de Blaine Higgs et de Kris Austin au Nouveau-Brunswick.

Arborons les couleurs de notre drapeau acadien à l’extérieur de nos maisons, sur nos voitures, dans nos lieux de travail.

La menace est réelle et nous sommes à un point tournant qui pourrait marquer à jamais les générations à venir.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle