La dépression saisonnière: savoir adapter son assiette!

Aussi magnifique soit-elle pour ceux et celles qui adorent le ski, la raquette ou les randonnées en forêt, la saison hivernale ne favorise certainement pas le même niveau d’engouement chez les personnes qui ont tendance à la dépression saisonnière. Si votre humeur et votre niveau d’énergie tendent à chuter comme les températures, sachez que vous n’êtes pas seul. En effet, plus du tiers de la population serait affecté par le raccourcissement des journées et le manque de lumière naturelle.

Qu’est-ce que la dépression saisonnière?

Il s’agit d’une affectation liée au manque de lumière naturelle et qui se manifeste au même moment chaque année, généralement durant les mois d’automne et d’hiver, période durant laquelle l’intensité de la lumière du soleil est à son plus faible niveau. À titre de comparaison, le degré de luminosité d’une journée estivale ensoleillée varie de 50 000 à 130 000 lux (unité de mesure de la luminosité) alors qu’il varie de 2000 à 20 000 lux durant une journée d’hiver ensoleillée. Même si elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, personne n’est à l’abri de la dépression, et ce, encore moins si vous vivez dans les régions éloignées de l’équateur, comme le Nouveau-Brunswick.

Quels en sont les symptômes?

Les signes les plus courants de la dépression saisonnière sont l’humeur maussade, la tristesse, l’angoisse et l’irritabilité au quotidien; la fatigue et les troubles du sommeil; la somnolence durant le jour; la difficulté à se concentrer et la baisse de productivité; la baisse d’intérêt et l’isolement social; l’augmentation ou la perte d’appétit, et enfin, la prise ou la perte de poids. Dans des cas beaucoup plus sérieux, les symptômes de la dépression saisonnière peuvent mener à des idées suicidaires. Si tel est votre cas, contactez immédiatement votre médecin.

La puissance de la lumière sur le moral

Quel est le lien entre la lumière et l’humeur? Lorsque l’œil capte les rayons lumineux, cela libère de nombreux neurotransmetteurs, dont la sérotonine, mieux connue sous «l’hormone du bonheur». Comme l’intensité des rayons lumineux sont plus faibles durant l’hiver, il n’est donc pas étonnant que cela puisse affecter l’humeur.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on doit profiter des journées ensoleillées pour aller marcher, pelleter, faire du ski, de la raquette ou une randonnée en forêt. Exposer régulièrement son visage au soleil peut aider à réduire les risques et les symptômes de la dépression saisonnière.

Le pouvoir des aliments sur le moral

En réalité, on n’a pas besoin de souffrir de dépression saisonnière pour ressentir les effets d’un manque de carburant. Lorsque les taux de sucre sanguins chutent, on devient fatigué, irritable, moins concentré, etc. On peut donc imaginer les répercussions d’une alimentation mal planifiée chez la personne qui souffre de dépression saisonnière. Et si on ajoute le désintérêt à cuisiner, cela peut aggraver encore plus les symptômes de la dépression.

Voici les principales recommandations alimentaires – parmi tant d’autres – auxquelles on doit porter une attention particulière:

Vitamine D

Étant donné que l’exposition au soleil est limitée durant l’hiver, il est important de consommer régulièrement des aliments riches en vitamine D tels que des poissons gras, des boissons végétales enrichies, du lait, des œufs et de la margarine. La prise d’un supplément de vitamine D3 est également conseillée étant donné son rôle dans la production de la sérotonine, cette fameuse hormone du bonheur.

Oméga-3

Les preuves ne sont plus à faire: les gens qui mangent régulièrement des poissons gras (saumon, thon, hareng, truite, maquereau, sardines, etc.) risquent moins la dépression. Même si la biodisponibilité de l’oméga-3 provenant des végétaux est moindre, il est tout de même important d’inclure au menu graines de chia, de cameline et de lin, noix de Grenoble et huile de canola.

Tryptophane

Le tryptophane est un acide aminé et un précurseur de la sérotonine. On retrouve le tryptophane notamment dans la volaille, le poisson, l’œuf, le lait, les fromages, les noix, la banane et les légumineuses.

Vitamines B6

La vitamine B6 (pyridoxine) est un autre composé qui assure la production de la sérotonine. Pour combler ses besoins, on optera plus souvent pour des aliments tels que saumon, morue, dinde, foie, pomme de terre, patate douce, légumineuses, graines de tournesol, pistaches et noisettes.

Prise des repas à des heures régulières

La personne qui s’alimente sainement et à des intervalles réguliers jouit d’un meilleur niveau d’énergie.

On mise sur les aliments qui sont très peu transformés

Le Guide alimentaire canadien est un excellent point de départ et de référence. Ses recommandations permettent de faire le plein de tous les nutriments dont on a besoin pour favoriser une meilleure santé mentale, par exemple légumes, fruits, grains entiers, légumineuses, noix et graines.

On s’hydrate avec de l’eau

Comme la déshydratation peut engendrer de la fatigue, un manque de concentration, des maux de tête et autres problèmes, on opte pour de l’eau et des tisanes. On évite les boissons alcoolisées et la caféine qui peuvent aggraver les symptômes de la dépression et favoriser l’insomnie.

En espérant que vous saurez bien affronter l’hiver, je vous souhaite un excellent samedi!

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle