Vient de prendre fin, en Égypte, la COP27 réunissant une pléthore de pays pollueurs prétendant être intéressés à sauver ce qui reste de l’écosystème planétaire, tandis que s’ouvrait la Coupe du monde de foot au Qatar, important producteur de gaz naturel dans la péninsule arabique et principal exportateur de gaz naturel liquéfié au monde.

Sans oublier le fait qu’étant donné le climat du pays, il a fallu construire des stades climatisés pour éviter que les footballeurs ne crèvent de chaleur pendant les compétitions.

Voilà vraiment un cas pitoyable de main gauche qui ignore ce que fait la main droite! Troublant.

Troublant et inquiétant de constater qu’une bonne partie des dirigeants actuels de la planète soient capables de mobiliser l’attention du monde entier en faisant mine d’ignorer que l’organisation de la Coupe du monde en plein désert, sous des températures qui font déjà écho aux projections alarmistes des environnementalistes, relève du non-sens.

Le choix du Qatar par la Fédération internationale du football, la FIFA, pour organiser ce Mondial, remonte à 2010. Mais ce n’est vraiment que depuis quelques mois que résonne sur la planète un crescendo d’appels au boycott de cet événement aussi important que les Jeux olympiques.

***

Mais il y a pas que les champions de l’environnement qui ont appelé au boycott. Il y a aussi les champions des droits de la personne.

En effet, on reproche au Qatar d’exploiter une main-d’œuvre étrangère sans défense, y compris pour construire les sept nouveaux stades nécessaires (?) pour la tenue de cette Coupe du monde. Plus de 6500 travailleurs étrangers au moins auraient perdu la vie sur ces chantiers, selon des données qui émaneraient apparemment de leurs pays d’origine et d’organisations politiques militant pour les droits de la personne.
Pour sa part, le comité organisateur de l’événement établit ce bilan à moins de quarante décès et le gouvernement qatari avance que la plupart des décès d’ouvriers sont dus à des causes naturelles. De son côté, le président de la FIFA, Gianni Infantino, soutenait encore en janvier dernier qu’il n’y avait eu que trois décès!

Il a quand même dû faire du rétropédalage quelques mois plus tard, en précisant que s’il y avait eu plus de 6000 morts, ce n’était pas sur les chantiers et que de toutes façons «la Fifa n’est pas responsable de tout ce qui se passe dans le monde».

Dans cette logique, il est vrai qu’elle n’est pas responsable non plus de tout ce qui se passe au Qatar, quand on sait que les travailleurs étrangers – qui représentent autour de 80% d’une population d’environ 2,5 millions d’habitants! – sont soumis à l’arbitraire de leurs employeurs qui contrôlent leurs allées et venues, imposant des conditions de travail très strictes, frôlant parfois la servitude.

Bref: tout va très bien, Madame la marquise. Circulez, y a rien à voir!

***

Toujours en rapport avec les droits de la personne, le Qatar est aussi fortement critiqué pour le traitement discriminatoire qu’il accorde à ses «minorités de la diversité», pour ajouter un autre euphémisme au syllabaire «LGBTplusse».

Les relations extraconjugales sont prohibées et, en ce qui a trait aux droits des homosexuels, ce n’est pas compliqué: aucun droit!

L’homosexualité est illégale et les actes homosexuels sont passibles de sept ans d’emprisonnement. Il est même carrément interdit de séduire! Pour les personnes de confession musulmane, encore pire: homosexualité égale peine de mort.

C’est dans cette ambiance qui date de la basse Antiquité qu’un peu partout sur terre des personnes de bonne volonté ont lancé des campagnes visant à marquer leur refus de ce déni de droits humains.

Notamment, le port d’un brassard arborant un cœur rayé de couleurs vives que dix fédérations se proposaient de faire porter aux capitaines de leurs équipes en guise de soutien. Mais elles se sont désistées au moment où s’ouvraient les compétitions, car la FIFA s’opposait à ces messages jugés trop politiques, menaçant même de coller un carton jaune à tout joueur récalcitrant! Ça, c’est de l’ouverture d’esprit!

***

C’est pourquoi, la planète est quasiment sortie de son axe, samedi, quand le président Infantino, lors d’une conférence de presse en marge de l’ouverture de la compétition, a déclaré: «Aujourd’hui, je me sens Qatari; aujourd’hui, je me sens arabe; aujourd’hui, je me sens Africain; je me sens gay; je me sens comme un travailleur migrant». Une ploye, avec ça?

Honnêtement, je ne sais plus s’il faut le féliciter ou l’envoyer promener, en regard de ses positions critiques antérieures au sujet du nombre de victimes sur les chantiers de construction et sur son refus d’autoriser les joueurs à exprimer leur appui à des minorités sexuelles qui risquent carrément la peine de mort dans ce pays tout simplement parce qu’elles sont ce qu’elles sont!

On a souvent, à juste titre, déploré le fait que l’homophobie ait été très présente dans les milieux sportifs, bien que des progrès réels aient été réalisés depuis quelques années. Les athlètes de haut niveau s’engagent dans différentes causes visant à améliorer la vie de toutes sortes de groupes, et on les applaudit.

Malheureusement, quand ça vient le temps de défendre les droits des gays, et quand arrive enfin le temps des sportifs de haut niveau qui se risquent à les appuyer, il faut toujours qu’on nous sorte de la cave un homophobe, souvent inconscient de l’être, qui vient briser ces élans de générosité.

***

Qu’il y ait des pays arabo-musulmans où l’islam en vigueur est un islam rigoriste, fondamentaliste et liberticide, on n’y peut pas grand-chose.

Et on doit tenter de comprendre l’incompréhensible en attendant que le temps agisse sur ces consciences d’un autre âge. Le christianisme a connu ça.

Mais que le dirigeant d’un fait social et culturel aussi signifiant que peut l’être le foot, le sport universel le plus démocratique qui soit, vienne tenter de freiner, sinon de masquer l’évolution des consciences et des esprits au moment précis où la planète foot a les yeux braqués sur ses dieux du ballon, c’est vraiment une injure qui n’a plus sa place au 21e siècle! Basta!

Han, Madame?

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle