Chantal Duguay Mallet qui a publié deux nouveautés cet automne est assurément une autrice jeunesse à découvrir. Après avoir publié des albums illustrés pour les tout-petits, voilà qu’elle lance un premier roman pour les jeunes lecteurs.

Adélaïde au couvent, de Québec à Lamèque, Chantal Duguay Mallet

«En regardant au loin, elle aperçoit la maison de ses parents. Comme elle aimerait y être. La chaleur du poêle à bois, le craquement de la chaise berceuse de mémère et la douceur de sa mère lui manquent terriblement», peut-on lire en ouverture du roman de l’autrice originaire de la Péninsule acadienne.

L’enseignante de profession qui a publié trois albums jeunesse revient dans le paysage littéraire avec un premier roman qui nous plonge dans une autre époque, celle des pensionnats tenus par les religieuses.

Vous direz que c’est une époque aujourd’hui révolue, mais justement, ce récit permet aux lecteurs de découvrir un pan de l’histoire canadienne à travers les yeux d’une jeune fille âgée de 11 ans.

Nous sommes en 1942, la guerre fait rage en Europe. Adélaïde, pleine de vie, passionnée du violon, vit avec sa mère, son frère Édouard et son père, un notaire, dans une maison de la Grande Allée à Québec. Son frère Édouard décide de quitter l’université pour s’enrôler comme pilote d’avion dans l’Armée canadienne et aller au front en Europe. Sa mère étant malade, elle doit entrer au sanatorium.

Adélaïde se retrouve donc seule avec son père et la cuisinière dans la grande demeure. Son père propose de faire appel à une gouvernante pour s’occuper de sa fille, mais le projet échoue après l’embauche de trois gouvernantes.

Maître Carrier décide donc d’envoyer Adélaïde pensionnaire au couvent de Lamèque auprès de sa tante religieuse. Celle-ci ne veut pas quitter Québec pour Lamèque, un village à ses yeux qui est au bout du monde.

À son arrivée, la plupart des pensionnaires la tiennent à l’écart. Elle se sent un peu prisonnière et très seule, mais heureusement le violon et la promesse des vacances lui permettent de mieux traverser cette épreuve. Elle se lie d’amitié avec Rosalie Duguay qui habite près du couvent. Ensemble elles tenteront de découvrir comment est morte la pensionnaire Eugénie Losier qui occupait anciennement le lit d’Adélaïde.

Pourquoi apparaît-elle dans ses rêves?

Tranquillement, la jeune fille téméraire et brillante apprivoisera son nouveau milieu. Elle est appelée à vivre plusieurs aventures. Elle fait la rencontre du Vieux Léo, un pêcheur de Lamèque qui viendra à son secours à un certain moment. L’histoire nous entraîne dans toutes sortes de péripéties. Le livre étoffé, bien écrit nous présente un univers riche et plusieurs personnages colorés.

Même si l’enfance est très loin derrière moi et que je n’ai pas connu les pensionnats, j’avoue qu’on se laisse absorber rapidement par ce récit.

Une histoire intrigante à certains égards qui traite de sujets universels, d’amitié, de liens familiaux, de générosité. C’est joli, peut-être même un peu trop bon enfant parfois, mais pour un premier roman jeunesse, je dois dire que c’est très réussi. En plus, le récit fait découvrir aux jeunes lecteurs la région de Lamèque.

L’autrice précise dans ses notes que le personnage d’Adélaïde Carrier est le fruit de son imagination. Par contre, le couvent Jésus-Marie de Lamèque qu’elle fréquente ainsi que plusieurs personnages qu’elle rencontre ont bel et bien existé. D’ailleurs, l’autrice a étudié dans ce couvent de 1964 à 1970. C’est pour cette raison qu’elle a eu envie d’écrire ce livre afin que le couvent et les enseignants ne tombent pas dans l’oubli. Les quelques illustrations du livre ont été réalisées par Isabelle Léger de Dieppe. Ce roman de près de 250 pages s’adresse aux jeunes de 8 à 12 ans ayant de bonnes habiletés de lecture. (Éditions Bouton d’or Acadie, 2022). ♥♥♥½

Sous mon bateau, Chantal Duguay Mallet, Camille Perron-Cormier

Quatrième volet d’une série d’albums pour les touts petits (sous mon lit, sous ma roche, sous mon arbre), cette fois, l’autrice nous propose une comptine sous le thème de l’océan, magnifiquement illustrée par Camille Perron-Cormier. Une belle façon de sensibiliser et de faire découvrir le milieu marin aux enfants de 0 à 4 ans.

«Sous mon bateau, un béluga chante de l’opéra…une méduse joue de la cornemuse…un oursin barbote dans son bain…», ainsi se poursuit cette comptine aux rimes amusantes et efficaces.

Ainsi les enfants partent à la découverte des habitants du fond marin de l’Atlantique. Le vocabulaire y est riche. J’aime aussi le format du livre qui s’ouvre vers le haut. C’est différent et je pense que ça peut plaire aux tout-petits.

Camille Perron-Cormier est une jeune illustratrice de Moncton qui s’intéresse à la bande dessinée. Elle a fait des études universitaires en arts et en design avec concentration en bande dessinée. Elle a créé, entre autres, les illustrations du livre Adieu, Jacoby!; l’histoire d’un gentil toutou pour aider les enfants à vaincre leur anxiété. (Éditions Bouton d’or Acadie). ♥♥♥ n

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle