Pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour que le ministre conservateur Daniel Allain s’exprime sur l’érosion des droits des francophones de la province par le gouvernement Higgs? Je ne suis pas sûr, mais peut-être qu’il attendait la fonte de la calotte polaire… Peu importe les raisons, soyons justes. Le fait qu’il s’est exprimé est un début.

Maintenant, qu’a dit M. Allain?

Il dit avoir tracé «une ligne dans le sable» quant à ce qu’il est prêt à accepter sur ces questions. En particulier, M. Allain croit au maintien du bureau du commissaire aux langues officielles dans sa forme actuelle. Il est également favorable au maintien de deux régies de santé distinctes et à ce que chacune ait sa propre équipe de direction, y compris un PDG et un conseil d’administration. Combinés, ces éléments sont censés être «non négociables».

Pour étayer sa position, M. Allain est prêt à voter contre toute initiative visant à modifier ces institutions, mais il ne démissionnera pas du parti.

Et c’est là que se trouve le cœur du problème. Il n’est pas prêt à démissionner.

Ne pas vouloir démissionner pour des points soi-disant «non négociables» signifie que son amour pour le parti est plus grand que les sentiments qu’il éprouve pour les francophones et leurs droits.

Ne pas vouloir démissionner signifie qu’il manque de conviction.

Ne pas être prêt à démissionner signifie que la ligne dans le sable n’est pas vraiment une ligne dans le sable.

Si M. Allain croyait en ce qu’il dit, il serait prêt à démissionner. Le fait qu’il ne le fasse pas indique que ses propos sont en réalité des commentaires sans grande valeur, de simples futilités. Ils n’ont que peu de substance et ne sont pas d’un grand réconfort pour les francophones.

Et des problèmes subsistent.

L’un d’entre eux est le soutien de M. Allain à l’élimination de l’immersion française pour résoudre le problème du «streaming». Cette approche en est une de la terre brûlée. D’autres options existent, comme l’attribution de ressources supplémentaires nécessaires pour que les élèves qui ne sont pas en immersion française puissent réussir. N’oublions pas que le gouvernement Higgs dispose de 1,5 milliard de dollars d’excédents – amassés depuis les deux dernières années – pour régler ces problèmes.

Un autre problème est le message contradictoire sur le transport bilingue pour les élèves. Si M. Allain a déclaré que son élimination violerait les dispositions constitutionnelles, il n’a pas dit s’il voterait contre les propositions en ce sens, et encore moins s’il démissionnerait. Sa position doit être clarifiée.

Devrions-nous prendre M. Allain au mot et lui faire confiance? Je n’en suis pas si sûr. S’il était vraiment préoccupé par le bilinguisme officiel, le commissariat aux langues officielles et les droits des francophones, il se serait exprimé publiquement beaucoup, beaucoup plus tôt. Et il serait également prêt à démissionner du parti. C’est ça, de la conviction!

En réalité, M. Allain semble se plier à l’opinion publique et tenter de limiter les dégâts afin de sauver sa peau. Pour l’instant, c’est ce qu’il en est, et sa position est peu convaincante. Il faut faire beaucoup, beaucoup plus.

Cependant, il s’est au moins exprimé et nous devons lui accorder un certain crédit pour cela. Dommage que nous ne puissions pas dire la même chose des jumeaux Glen et Réjean Savoie.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle