Le succès des leaders populistes et des partis d’extrême droite un peu partout dans le monde est préoccupant. Un devoir de vigilance s’impose pour ralentir le recul de la démocratie et préserver ses fondements.

M’inquiétant de la montée du populisme dans plusieurs démocraties, je publiais en 2013 l’essai La dérive populiste (Poètes de brousse). Aujourd’hui en 2022, les raisons de s’inquiéter semblent encore plus grandes.

Après la chute du mur de Berlin en 1989 et l’implosion de l’URSS en 1991, on avait annoncé la fin de la guerre froide. En 1992, l’essayiste américain Francis Fukuyama publia The End of History and the Last Man, traduit en français sous le titre La Fin de l’histoire et le Dernier Homme, qui annonçait la victoire idéologique de la démocratie libérale.

La planète célébrait le triomphe des valeurs démocratiques. Les années qui ont suivi furent celles de la mondialisation et d’une quasi-hégémonie de la démocratie libérale.

Pourtant, depuis le début des années 2000, on semble à assister à une régression démocratique. On assiste à un retour des dictatures dans des pays qui avaient vu la démocratie progresser tels que le Soudan, qui a vécu un coup d’État en 2021, ou l’Afghanistan dont le gouvernement s’est effondré cette même année.

De façon plus subtile, on remarque que la démocratie est également menacée par la montée de l’extrême droite dans plusieurs pays européens et par le succès des leaders populistes à travers le monde. L’extrême droite cumule les succès dans les urnes et, dans le cadre de guerres culturelles, occupe de plus en plus d’espace médiatique afin de transformer les sociétés occidentales.

Le succès de l’extrême droite ne se mesure pas uniquement lors des élections, mais aussi par la polarisation non seulement de la scène politique, mais aussi de la société en général. On assiste à des guerres culturelles entre des camps conservateurs et réactionnaires qui se radicalisent face à des camps progressistes et libéraux.

C’est ce qu’on a vu aux États-Unis sous la présidence de Donald Trump et au Brésil sous la présidence de Jair Bolsonaro. Leurs présidences ont également été marquées par une utilisation massive par l’extrême droite de la désinformation sur les réseaux sociaux.

En Europe, la Hongrie est dirigée par Viktor Orbán, réélu une cinquième fois premier ministre en 2022, qui ne cesse de promouvoir l’illibéralisme. Également en 2022, le parti d’extrême droite les Démocrates de Suède a dicté son programme au gouvernement conservateur suédois et le parti postfasciste les Frères d’Italie dirige le gouvernement italien à la tête d’un coalition d’extrême droite.

À première vue, étant donné que les leaders populistes et les partis d’extrême droite se présentent aux élections, ils ne semblent pas une menace pour la démocratie. Il est vrai que bien souvent, ce n’est pas contre la démocratie en tant que telle qu’ils sont une menace, mais contre la démocratie libérale.

Les partis d’extrême droite et les leaders populistes sont bien peu compatibles avec le système de démocratie libérale puisqu’ils cherchent à affaiblir la société civile et les contre-pouvoirs de même que les droits des minorités. Toutefois, dans le cas de Donald Trump et de ses émules au sein du Parti républicain, ils semblent être une menace plus directe envers la démocratie puisqu’ils remettent en cause, sans preuve, les résultats électoraux qui leurs sont défavorables ce qui mine la crédibilité des institutions démocratiques américaines.

On pourrait être optimiste en remarquant qu’à l’automne 2022 Jair Bolsonaro a perdu ses élections au Brésil face à Luiz Inácio Lula da Silva et que le Parti républicain aux États-Unis n’a pas vraiment bien performé aux élections de mi-mandat. Ce serait toutefois oublier l’emprise de l’extrême droite sur les médias et les institutions et que ces pays sont toujours extrêmement divisés.

La dérive populiste ne cesse de se répandre depuis les deux dernières décennies. Il est plus que temps de rester vigilant et d’agir face à cette accélération du recul de la démocratie à travers le monde.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle