Choisir sa nuance de bleu

Le 3e lundi de janvier est le jour de la déprime. Supposé que c’est prouvé scientifiquement! Parfois la science est proche de la religion: il faut faire un acte de foi!

Les origines britanniques du lundi bleu (Blue Monday en anglais) remontent à 2005. Quelle convergence de facteurs pour expliquer que le 17 janvier sera la journée la plus déprimante de l’année? Le début de la semaine? La grisaille des jours et les courtes journées d’ensoleillement? Les comptes des cartes de crédit des fêtes qui apparaissent à l’écran? La fatigue accumulée pendant les fêtes? Un peu de tout cela.

Cette journée de morosité n’a pas de véritables fondements scientifiques: tout le monde ne va sombrer dans le découragement lundi matin. N’empêche que plusieurs conditions semblent réunies ce jour-là pour un épisode de déprime. À ne pas confondre avec une dépression qui dure plus qu’une journée et pour laquelle il est sain de demander de l’aide.

Ce qu’il faut retenir du lundi bleu: plusieurs facteurs externes ont une incidence sur notre moral. Les dépenses au-dessus de ses moyens, la consommation d’alcool ou de drogues, des relations malsaines. Voilà des facettes de nos vies qui méritent d’être révisées chaque début d’année nouvelle.

La météo aussi affecte l’humeur. L’obscurité est omniprésente en janvier: il fait noir lorsqu’on se lève et lorsqu’on se couche. Les lumières de Noël se sont éteintes. En plus cette année, peu de neige pour blanchir le paysage. Ce n’est sans doute pas un hasard si le concepteur du lundi bleu avait des intérêts dans le monde du tourisme: pour contrer la déprime saisonnière, Cliff Arnold proposait des voyages dans le sud. Mais il y a d’autres manières de faire face à ce cafard hivernal.

+ + +

C’est vrai que janvier nous ramène à la réalité. Et souvent, les désirs sont en panne. Pas envie de me lever alors qu’il fait encore noir. Pas envie de commencer une saison de ski si tardivement. Pas envie d’aller au travail. Ni aux réunions. Pas envie de me forcer pour guérir, pour sauver mon couple, pour élever mon enfant.

Et pourtant. Ma dignité vient de ma capacité travailler patiemment, sans attendre que tout arrive instantanément, sans aucun effort de ma part. La beauté d’une fleur est dans sa lente maturation avec son risque de faner. La saveur des légumes est souvent accrue lorsque je les ai fait pousser dans mon jardin! La fierté d’une œuvre sur laquelle j’ai travaillé apporte la joie.

Ça ne sert à rien d’écouter nos voix intérieures qui vantent le repli sur soi. Tout comme il n’est pas bon de renoncer aux efforts d’engagements pour un monde meilleur. C’est facile de se retirer, de panser ses plaies et d’entendre de loin les clameurs pour plus de justice. C’est tentant de rester sur la rive et de regarder les autres s’activer pour vivre la fraternité. Pourtant, le bonheur est ailleurs.

Il y a des antidotes à la déprime hivernale. Faire de l’exercice. Encore mieux: bien s’habiller pour aller dehors. Cultiver les relations sociales; pas nécessaire d’inviter un grand groupe, privilégier les rencontres intimes et significatives. Élaborer des projets. Allumer des chandelles. Préparer un repas qui devra mijoter.

+ + +

Vous connaissez cette histoire de la mésange perchée dans un arbre. Un jour, elle observait les flocons de neige tomber. Ce n’était pas une tempête, mais une chute progressive, lente et belle. Les flocons se posaient les uns après les autres sur une branche; une mise en scène impeccable.

La mésange s’amusait à compter les flocons. Il en était tombé 3 751 952. Au moment où le 3 751 953e s’est posé, la branche a cassé. La mésange s’est envolée.

Souvent, il suffit d’une inquiétude supplémentaire ou d’une banalité dérangeante pour que tout bascule. Avant d’en arriver là, prenons soin les uns des autres. Soyons bienveillants encore nous-mêmes lundi prochain. Ce jour pourrait alors devenir le plus beau de l’année.

+ + +

C’est l’hiver que les bleus du ciel sont les plus beaux. Levez les yeux; regardez! C’est peut-être une manière pour que le bleu de ce lundi ne soit pas foncé. Parmi toutes les nuances de bleu, il y en a sûrement une pour vous. Choisissez celle qui saura embellir vos jours. Je vous souhaite le bleu du ciel.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle