Quelques minutes suffisent pour constater à quel point la désinformation est présente sur les réseaux sociaux et en tant que principal enjeu de notre époque, la crise climatique n’y échappe pas. Pire, elle est fréquemment la cible d’une désinformation volontaire, efficace et bien organisée, partagée sans grandes difficultés sur les géants du web et destinée à des milliards d’utilisateurs.

Des propos tels que «c’est la faute du soleil», «le changement climatique n’est qu’un cycle» ou «le climat change, mais ce n’est pas si grave que ça» sont fortement propagés sur les réseaux sociaux. Les techniques de désinformation utilisées s’adaptent rapidement à l’état des connaissances scientifiques et à l’opinion publique.

Le but est de semer le doute dans l’esprit des gens par rapport au consensus scientifique sur le climat, des impacts des changements climatiques sur nos sociétés ainsi que sur les solutions envisagées pour lutter contre le phénomène.

Rien de très surprenant, surtout lorsque l’on sait, grâce à un rapport de la firme climatique InfluenceMap, que les cinq plus grandes compagnies pétrolières de la planète ont dépensé, entre 2015 et 2018, plus d’un milliard de dollars pour promouvoir les lobbys anti-climatiques et les discours trompeurs sur le climat. Chaque année, ces mêmes compagnies dépensent environ 200 millions $ en lobbying afin de contrôler, retarder ou bloquer les politiques contraignantes liées au climat et à l’environnement.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, le revenu net des producteurs mondiaux de pétrole et de gaz naturel a doublé en 2022 par rapport à 2021, pour atteindre un nouveau sommet de 4000 milliards $. Ce n’est donc pas l’argent ni les raisons qui manquent à l’industrie pour désinformer et retarder au maximum la mise en place de politique pour lutter contre les changements climatiques et les différents enjeux écologiques causés par eux.

Mais pendant que les milliardaires de ce monde célèbrent les profits records, l’humanité, elle, perd chaque jour du temps précieux pour lutter contre la crise climatique. L’année 2022 vient tout juste de remporter le triste titre de la 5e année la plus chaude jamais enregistrée. Les huit années les plus chaudes jamais enregistrées se sont toutes produites depuis 2014!

Et c’est aussi le cas des océans. Puisqu’ils absorbent l’essentiel de la chaleur provoquée par le réchauffement climatique, ils ont atteint une nouvelle température record en 2022, ce qui entraîne des conséquences climatiques, météorologiques et écologiques à l’échelle planétaire.

Dans l’ensemble, la planète est aujourd’hui plus chaude de 1,2℃ qu’elle ne l’était dans la seconde moitié du 19e siècle, lorsque les émissions de dioxyde de carbone (CO2), gaz qui réchauffent la planète, provenant de la combustion de combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon, etc.) se sont généralisées. Notons qu’une augmentation de 1,2℃, considérant l’échelle de temps sur laquelle cette augmentation de température moyenne s’est faite, n’est pas du tout négligeable. Ce réchauffement est en fait sans précédent dans l’histoire géologique récente.

Malgré tout, la science du changement climatique est plus solide et plus largement reconnue qu’on veut nous laisser le croire. Mais l’ampleur du sujet, ainsi que la désinformation généralisée, peut rendre difficile la distinction entre réalité et fiction.

Alors, d’où vient l’idée qu’il y a encore un débat sur le changement climatique? Une grande partie de la réponse provient justement de campagnes de communication coordonnées par des entreprises et des politiciens opposés à l’action climatique, pour diverses raisons.

Mais dans les faits, les scientifiques du climat sont aussi sûrs que les activités humaines sont la cause principale du réchauffement climatique que les scientifiques de la santé publique sont sûrs que fumer le tabac cause le cancer. Les liens, tout comme la dangerosité du phénomène, sont scientifiquement sans équivoque.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle