Sommet des femmes: montrer la diversité

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick organise un nouveau Sommet des femmes pendant le Congrès mondial acadien. Il veut montrer la diversité des identités de l’Acadie au cours de ce rassemblement qui se déroulera les 11 et 12 août à l’Île-du-Prince-Édouard.

La directrice générale du regroupement, Nelly Dennene estime que le lien entre le Sommet des femmes et le CMA est naturel. «Lutter contre les inégalités en français rassemble le féminisme et l’Acadie», explique-t-elle.

«On ne peut pas penser l’Acadie moderne sans penser à l’égalité des genres et à la diversité, ajoute Mme Dennene. Les Acadiens sont divers et vivent diverses oppressions».

Elle pense que les revendications francophones devraient être ajustées pour une personne qui serait, par exemple, en même temps acadienne, femme et noire.

«Nous voulons montrer la diversité des identités dans ce 6e Sommet des femmes», précise la directrice.

L’événement permettra notamment à un panel d’intervenants de présenter leur propre façon de vivre le féminisme.

Mme Dennene constate des progrès énormes dans l’égalité entre les sexes en Acadie. «Nous voulons mettre en évidence ce qu’il reste à accomplir», déclare-t-elle néanmoins.

Elle évoque le manque d’endroits où pratiquer l’avortement au Nouveau-Brunswick (au nombre de quatre seulement, dont un privé) et l’essor du mouvement allant à l’encontre du choix des femmes. Elle pointe aussi le faible taux d’élues féminines de la province (22% des députés) et de femmes dans les conseils d’administration des entreprises néo-brunswickoises (17%, en 2013).

Elle explique enfin que des facteurs propres à l’Acadie, comme la ruralité et le français, aggraveraient les inégalités vécues par les femmes francophones dans l’accessibilité aux soins de santé, par exemple.

Mme Dennene souligne que le Sommet des femmes fera plus de place à l’art, avec une programmation de performances de théâtre, de poésie, de danse, d’art visuel, de chansons et de gigue.

La directrice prévoit que son événement attirera entre 140 et 150 participants, selon les inscriptions effectuées depuis mars.

«C’est un chiffre excellent, se félicite-t-elle. D’habitude, on est plus en dessous de 100.»