Entre pèlerinage, forum généalogique et party de cuisine, la réunion de famille des Belliveau a attiré des dizaines de personnes à Pré-d’en-Haut. L’Acadie Nouvelle a assisté au rassemblement, l’un de sept du genre, mercredi, dans le cadre du Congrès mondial acadien.

Des dizaines de personnes ont assisté à la réunion de famille des Belliveau, à Memramcook, mercredi. Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

Jessica Belliveau a fait le voyage du Texas à Memramcook, cette semaine, pour renouer ses liens avec la terre de ses ancêtres.

Mme Belliveau est née en Ontario, mais est déménagée au Massachusetts à l’âge de trois ans. Il y a une dizaine d’années, celle qui est la petite-fille d’un couple qui habite toujours à Memramcook a déménagé au Texas, où elle a décroché un emploi chez l’entreprise américaine de télécommunications Sprint. C’est là qu’elle a rencontré son mari, Alex Botello.

Comme on pourrait s’y attendre, l’homme de descendance mexicaine n’avait jamais entendu parler de l’Acadie. Le concept des retrouvailles l’a impressionné.

«C’est très cool qu’on puisse connaître ses racines aussi loin en arrière. Dans mon cas, mon arrière-grand-père vient du Mexique quelque part», affirme-t-il en riant.

Pour Jessica Belliveau, le fait d’avoir vécu dans différents centres en Amérique du Nord l’a poussé à s’intéresser à ses origines. Elle a découvert que quatre branches de son arbre généalogique remontent au grand patron des Belliveau en Acadie, Pierre «Piau» Belliveau.

«J’adore l’histoire, et j’aime comprendre d’où nous venons. À l’école secondaire, j’ai fait un projet sur mon arbre généalogique. Ma grand-mère Joanne avait un grand livre sur le sujet qu’elle avait obtenu durant une réunion de famille dans les années 1980.»

«Plusieurs personnes ne connaissent pas leurs ancêtres. Moi, je peux retourner 11 générations en arrière», mentionne-t-elle, ajoutant qu’elle souhaite un jour visiter la terre natale de «Piau» Belliveau, dans la province de Poitou, en France.

Roger Belliveau, lui, a visité la région en question il y a quelques années. Le voyage a permis à l’enseignant à la retraite de suivre le trajet des Belliveau déportés à Poitou vers 1755. Plusieurs d’entre eux se sont par la suite établis à Belle-Île-sur-Mer ou en Louisiane.

Roger Belliveau est passionné de son histoire familiale. Il se dit heureux qu’aujourd’hui, ils vivent bien après avoir traversé des années difficiles à la suite du Grand Dérangement. Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

Ses propres ancêtres se sont cachés durant le grand dérangement, survivant grâce à l’aide des communautés autochtones. Ils se sont ensuite établis dans la région de Memramcook, où ils ont vécu jusqu’à la génération de son grand-père, l’un des premiers résidents de Saint-Paul dans Kent-Sud.

«On découvre ce que les Belliveau ont fait, et à quel point ils ont traversé la misère. Maintenant, ce que je trouve le fun, c’est que tout le monde vit bien. Les Belliveau sont bien installés, et les Anglais ne nous font plus peur.»

Social de nature, le diplômé du Collège Saint-Joseph à Memramcook a profité de la journée mercredi afin d’enrichir ses liens avec sa grande famille.

«On parle aux différentes personnes, et on découvre inévitablement des liens. On découvre des personnes qu’on ne connaît pas, de différents endroits, mais qui sont toutes Belliveau de près ou de loin. J’ai parlé à un gars de Saint-Jean dont le nom de famille est Quinn. Je lui ai demandé “vous faîtes quoi ici avec le nom Quinn?”. C’est qu’il avait fait sa recherche, et trouvé une Belliveau de Memramcook dans ses ancêtres», explique celui dont le père et la mère sont des Belliveau de naissance.

Jocelyne Belliveau dirige les membres de sa grande famille lors d’une prise de photo, mercredi à Memramcook. Acadie Nouvelle: Jean-Marc Doiron

Six autres réunions de famille ont eu lieu mercredi dans le cadre du Congrès mondial acadien. Les Babin, les Breau et les Hébert se sont réunis à Cocagne, alors que les Bourgeois se sont rassemblés à Grande-Digue. Les Landry et les Broussard, eux, avaient rendez-vous à Moncton.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle