Vincent Lacroix devra encore attendre sa libération

MONTRÉAL – Vincent Lacroix devra passer un autre week-end en prison. Les avocats de M. Lacroix ont confirmé à La Presse Canadienne que les 55 000 $ requis pour sa remise en liberté provisoire ont été amassés.

Cependant, les démarches juridiques pour enregistrer le dépôt de 5000 $ et l’engagement bancaire de 50 000 $ n’étaient pas complétées hier, de sorte que cette remise en liberté devra attendre à la semaine prochaine.
Ces démarches seront complétées lundi, de sorte que l’ex-dirigeant de Norbourg pourra recouvrer sa liberté possiblement lundi mais plus probablement mardi.
C’est le père de l’ex-dirigeant de Norbourg, Donald Lacroix, qui a fourni les 5000 $ de dépôt, tandis que l’engagement bancaire de 50 000 $ provient d’une personne souhaitant conserver l’anonymat.
Cette remise en liberté provisoire est liée au fait que Vincent Lacroix doit subir un procès criminel pour 198 accusations de fraude et de fabrication de faux à partir du 14 septembre.
Le 8 juillet dernier, le juge Richard Wagner a expliqué que la présomption d’innocence est la règle d’or du processus judiciaire en matière criminelle et que la remise en liberté est le principe à respecter, alors que la détention représente l’exception.
Il s’agira toutefois d’une liberté bien relative puisque Lacroix sera en garde fermée dans une maison de transition de Montréal et ne pourra sortir que pour réaliser des travaux communautaires sous surveillance.
Ce sont là en effet les conditions que lui avaient imposées la Commission des libérations conditionnelles en juin dernier, alors que Vincent Lacroix avait purgé le sixième de sa peine de huit ans et demi de pénitencier, imposé après qu’il eut été reconnu coupable de 51 infractions pénales à la Loi sur les valeurs mobilières.