Les PME demeurent optimistes au Nouveau-Brunswick

MONCTON – La récession ac­tuelle ne semble pas inquiéter outre mesure les dirigeants des petites et moyennes entreprises du Nouveau-Brunswick.
Le plus récent rapport de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) mentionne que l’optimisme des PME est au-dessus de la moyenne nationale dans trois des quatre provinces de la région Atlantique.
Le degré de confiance est le plus élevé au Nouveau-Brunswick (62,5) et à Terre-Neuve-et-Labra­dor (60,9). L’indice de l’Île-du-Prince-Édouard s’établit à 59,4, alors que la Nouvelle-Écosse (58,2) est tout juste au-dessous de la moyenne nationale.
Ces résultats sont présentés dans le rapport Baromètre des affaires de juillet 2009. L’indice du N.-B. s’établit à 62,5 contre 66,4 observé en juin. Il faut aussi noter que l’optimisme des PME de cette province est le deuxième le plus élevé au Canada derrière la Saskatchewan. Un total de 45 % des entrepreneurs du N.-B. pensent que la situation globale des affaires est bonne, tandis que 38 % la jugent satisfaisante.
Seulement 9 % des entreprises du Nouveau-Brunswick prévoient réduire leurs effectifs au cours des trois ou quatre prochains mois, soit un pourcentage inférieur à la moyenne nationale de 15 %.
Les impôts, les règlements et les frais du compte bancaire et de traitement constituent la pression la plus forte en matière de coûts au Nouveau-Brunswick. Mention­nons aussi que 57 % des chefs d’entreprises affirment que les coûts liés aux impôts et aux règlements leur posent des difficultés et 56 % d’entre eux mentionnent les dépenses liées à leur compte bancaire et aux frais de traitement.
L’indice des quatre provinces du Canada atlantique synthétise les résultats des trois derniers mois.
L’économie canadienne semble s’être stabilisée, selon le plus récent sondage de la FCEI.
L’indice du Baromètre des affaires est pratiquement resté le même, se situant à 58,6 en juillet contre 58,5 en juin. Malgré cette stabilité, le degré de confiance des PME ne s’est pas toujours relevé aux niveaux observés avant la récession.