Le taux de chômage en hausse au Nouveau-Brunswick

OTTAWA – Le taux de chômage désaisonnalisé du Nouveau-Brunswick était de 9,4 % en octobre, soit une légère hausse de 0,5 point de pourcentage par rapport à septembre selon Statistique Canada.

Le taux de chômage a légèrement diminué de 0,5 point de pourcentage par rapport au même mois de l’an dernier. Le nombre de Néo-Brunswickois occupant un emploi en octobre était de 352 900 personnes, le même que le mois précédent, mais 600 de moins que le même mois l’année dernière.

La population active du Nouveau-Brunswick, qui comprend les personnes occupant un emploi et celles qui cherchent activement un emploi, était de 389 500 en octobre, une légère augmentation par rapport au mois de septembre, mais une baisse de 2700 par rapport au même mois l’année dernière.

Sur une base annuelle, la croissance de l’emploi, en octobre, a été la plus forte dans les secteurs suivants: services aux entreprises, services relatifs aux bâtiments et autres services de soutien, hébergement et services de restauration, finance, assurances, immobilier et location.

Scène nationale
Sur la scène nationale, le marché canadien de l’emploi a encaissé le mois dernier son plus important revers en près de trois ans, quelque 54 000 emplois ayant été éliminés – tous des emplois à temps plein dans le secteur manufacturier ontarien ou dans les industries de la construction.

Le taux de chômage a augmenté de 0,2 point de pourcentage en octobre pour atteindre 7,3 %, effaçant deux récents replis. Il s’agit de la plus importante perte d’emplois mensuelle depuis mars 2009, alors que le pays connaissait sa pire récession en plusieurs décennies. Les pertes d’emplois d’octobre surviennent alors que persistent plusieurs inquiétudes sur les éventuelles répercussions au Canada de la crise des dettes en Europe, de la faible reprise économique aux États-Unis, et de la plus lente croissance en Asie.

Le secteur des ressources naturelles a été le seul à avoir affiché une augmentation notable de l’emploi en octobre. Les industries du secteur des services n’ont pas affiché de variations notables de l’emploi, a précisé l’agence gouvernementale.

Le détail des données rendues publiques par Statistique Canada est encore plus inquiétant. Au total, 71 700 emplois à temps plein se sont volatilisés – un gain de l’emploi à temps partiel a atténué les pertes et permis d’afficher une disparition nette à 54 000 emplois.

Les économistes anticipaient un mois d’octobre décevant, après la création imprévue de 61 000 emplois en septembre. Malgré tout, les économistes attendaient en moyenne une perte d’environ
15 000 postes.

Le déclin d’octobre demeure toutefois loin des 129 000 emplois perdus en janvier 2009 et survient après deux années de gains sur le marché du travail canadien. Statistique Canada a rappelé que le marché du travail compte 237 000 emplois de plus cette année, bien que les quatre derniers mois se soldent par une augmentation virtuellement nulle.