Taux de chômage: Bernard Valcourt est inquiet mais demeure sur ses positions

ATHOLVILLE – Le ministre fédéral et député de Madawaska-Restigouche, Bernard Valcourt, juge préoccupante la récente hausse du taux de chômage au Nouveau-Brunswick.

Qu’à cela ne tienne, il n’entend pas pour autant reculer sur ses positions en ce qui a trait à la réforme sur l’assurance-emploi.

De passage au Restigouche mardi dernier pour une série d’annonces en compagnie de son confrère, le ministre du Développement économique, Paul Robichaud, M. Valcourt avoue être interpellé par les dernières statistiques sur le taux de chômage au pays. Celui-ci est passé de 11 % en septembre à 11,6 % en octobre. Sur une base annuelle, cela représente une augmentation de 2,2 %. Les chiffres démontrent également que le nombre de chômeurs a atteint 45 800, un sommet au cours des 11 dernières années.

Ces données n’ont rien de rassurant selon le ministre Valcourt. «Ça me préoccupe grandement. Le Nouveau-Brunswick est la seule province à l’heure actuelle qui continue de perdre des emplois. C’est inquiétant», avoue-t-il, ajoutant par contre qu’il ne faut pas être alarmiste pour autant.

À son avis, la recrudescence du taux de chômage est due en bonne partie au nombre élevé de travailleurs saisonniers. «Notre défi, je crois, c’est s’assurer de créer une économie où l’on favoriserait la création d’emplois permettant aux gens de travailler à longueur d’année», estime M. Valcourt.

Dans ce contexte de hausse du taux de chômage, est-il propice de continuer avec une réforme de l’assurance-emploi? À cette question, le ministre est catégorique. «Son timing est bon, parce que je préfère que les emplois disponibles dans nos régions soient occupés par nos gens plutôt que par des travailleurs de l’étranger», dit le ministre.

Il souligne que la réforme est actuellement victime ni plus ni moins d’une campagne de peur menée par «de petits politiciens qui n’ont qu’un but, prendre le pouvoir», clame-t-il. Il faut voir la réforme pour ce qu’elle est vraiment. Si on n’écoute que la propagande du Nouveau Parti démocratique – dont Yvon Godin qui s’époumone à faire peur aux gens –, c’est normal que les gens soient craintifs. Mais la réalité est tout autre. C’est une bonne réforme et grâce à elle je crois que l’économie de notre région va s’améliorer», exprime M. Valcourt.