Une première cohorte de mentors pour les entrepreneurs immigrants du Nord-Ouest

GRAND-SAULT – La Chambre de commerce de la région d’Edmundston a présenté les deux premières cohortes de son programme de mentorat pour les entrepreneurs immigrants lors d’un souper organisé par la Chambre de commerce de la Vallée.

Treize entrepreneurs du Nord-Ouest, répartis en un groupe francophone et un groupe anglophone, profitent maintenant de ce programme mis en place par le gouvernement du Nouveau-Brunswick en partenariat avec cinq chambres de commerce de la province (Edmundston, Bathurst, Moncton, Fredericton et Saint-Jean).

Ces gens originaires de tous les continents ont été jumelés avec des entrepreneurs de la région pour les aider à créer ou à développer leur entreprise. Ils peuvent ainsi bénéficier des réseaux d’affaires de leur mentor et profiter des occasions d’affaires qui se présentent dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Cyriaque Kiti, originaire du Bénin et installé à Edmundston depuis un an, est un des premiers. Mais il espère un jour se lancer dans les importations et les exportations. Son mentor l’aide à sonder le marché néo-brunswickois. «Nous sommes en train d’explorer la province pour voir quels sont les besoins et on espère que ça va vraiment apporter quelque chose à la province», affirme-t-il.

Lori-Ann Cyr, qui présentait le programme dans le cadre d’un souper d’affaires organisé par la Chambre de commerce de la Vallée, a souligné l’importance de l’apport économique des immigrants.

«Saviez-vous que 41 % des entreprises du Fortune 500, soit les entreprises les plus riches des États-Unis, ont été créées par des immigrants ou par les enfants d’immigrants?», souligne Mme Cyr. Parmi ceux-ci se trouvent des symboles importants de la culture américaine, y compris Google, Walt Disney, McDonald’s et Harley-Davidson.

Dany Soucy, ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, a également souligné le rôle que les entrepreneurs nés ailleurs peuvent jouer au Nouveau-Brunswick. «La population de notre province continue de décroître. Alors il y a une certaine force qu’on perd et qu’on a besoin d’aller chercher», affirme le ministre.

M. Soucy présentait les services et les programmes de son ministère. Il a aussi souligné que les six secteurs économiques prioritaires de son gouvernement pouvaient profiter au Nord-Ouest, notamment les secteurs forestier et agroalimentaire.