Le chômage recule au N.-B.

OTTAWA – Au Nouveau-Brunswick, comme au pays, le taux de chômage a reculé en mai.

Après avoir peu varié le mois précédent, l’emploi a augmenté de 95 000 en mai, la majeure partie de la croissance étant survenue dans le travail à temps plein, a révélé vendredi Statistique Canada.

Cette hausse de l’emploi a entraîné une baisse de 0,1 point de pourcentage du taux de chômage, celui-ci passant à 7,1 %, a précisé l’agence fédérale.

Par rapport à 12 mois plus tôt, l’emploi a progressé de 1,4 % ou de 250 000, la hausse étant entièrement attribuable au travail à temps plein. Au cours de la même période, le nombre total d’heures travaillées a augmenté de 1,1 %.

En mai, l’emploi a augmenté en Ontario, au Québec, en Alberta, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba, alors qu’il a diminué à l’Île-du-Prince-Édouard.

Au Nouveau-Brunswick, le taux de chômage a ainsi régressé pour s’établir 10,5 % comparativement à 10,9 % en avril. Néanmoins, la province est toujours la deuxième province avec le plus haut taux de chômage au pays après Terre-Neuve-et-Labrador (11,6 %).

L’emploi a progressé dans la construction, dans le commerce de détail et de gros, dans les «autres services» ainsi que dans les services aux entreprises, les services relatifs aux bâtiments et les autres services de soutien.

Toute la croissance de l’emploi observée en mai a eu lieu chez les employés du secteur privé, ce qui a effacé les baisses enregistrées dans ce groupe au cours des deux mois précédents.

Il faut toutefois rappeler, malgré un rapport positif en mai, que le marché de l’emploi canadien a connu des difficultés en 2013, les quatre premiers mois s’étant soldés par une perte nette de 13 000 emplois attribuable à la faiblesse de l’économie pendant la deuxième moitié de l’an dernier.

Mais en tenant compte des chiffres pour le mois de mai, la situation semble maintenant plus conforme à celle d’une économie qui croît à un rythme modéré. Au cours des 12 derniers mois, le Canada a engendré environ 250 000 nouveaux emplois et a vu le nombre d’heures travaillées progresser de 1,1 %.

La situation de l’emploi est cependant un peu moins rose de l’autre côté de la frontière. L’économie américaine a créé 175 000 nouveaux emplois en mai, ce qui démontre que les employeurs continuent à embaucher à un rythme modéré, mais stable. Par contre, le département du Commerce a révélé vendredi que le taux de chômage est passé de 7,5 % en avril à 7,6 % en mai.