ST. JOHN’S,T.-N.-L. – À 23 000 pieds d’altitude, il n’aura fallu que deux heures pour faire le trajet du Grand Moncton vers St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Pascan aviation a effectué son premier vol direct liant l’Aéroport international du Grand Moncton à St. John’s, jeudi. L’entreprise québécoise fait le pari d’effectuer ce trajet quotidiennement du lundi au vendredi.

Le retour d’une liaison directe entre Moncton et St. John’s, une option absente depuis 2006, fait sourire le président du conseil de direction de l’Aéroport international du Grand Moncton, André Pelletier, qui y voit une chance de conquérir de nouveaux marchés.

«Ça va surement aider à la communauté d’affaires du Grand Moncton à développer une bonne relation avec une province qui se développe rapidement. Donc ce lien fera en sorte que les gens d’affaires pourront se déplacer plus facilement vers St. John’s. Le plus important, c’est que ce nouveau vol renforce notre position en tant qu’aéroport régional de choix et ça fait partie de notre stratégie de développement», a indiqué à l’Acadie Nouvelle M. Pelletier.

Les autorités aéroportuaires de St. John’s croient également que ce nouveau vol direct entre Moncton et Terre-Neuve-et-Labrador solidifiera les liens d’affaires entre les deux régions.

«Ce trajet entre Moncton et St. John’s est un besoin qu’on cherchait à combler depuis un certain temps. CanJet l’offrait auparavant, en 2006, mais leur modèle d’entreprise a changé. Depuis, on travaillait avec nos collègues de l’Aéroport international du Grand Moncton afin de trouver un partenaire qui pourrait offrir ce vol», a souligné Keith Collins, président-directeur général de l’Aéroport international de Saint-Jean.

Selon M. Collins, les gens d’affaires seront particulièrement intéressés par ce nouveau vol, et ce, surtout en tenant compte que plusieurs entités du groupe d’entreprises Irving sont très présentes dans la ville portuaire tout comme plusieurs grands cabinets d’avocats.

Pour Expansion Dieppe, ce nouveau vol permettra à la population de la cité acadienne de bénéficier des possibilités économiques qu’offre St. John’s, une ville qui connaît une forte croissance en raison de nombreux projets pétroliers et miniers.

«Pour les citoyens de Dieppe, chaque ajout de service à l’aéroport international à Dieppe est bon. Plus de gens visiteront notre communauté. Ça ouvrira également d’autres possibilités pour les gens qui veulent travailler à St. John’s pour y brasser des affaires, en ce qui a trait au développement des ressources naturelles entre autres», a affirmé à l’Acadie Nouvelle Louis Godbout, directeur du développement des affaires de l’organisme.

Pascan a aussi ajouté un vol direct entre le Grand Moncton et la ville de Québec. Ce vol quittera le Grand Moncton les vendredis en soirée et le vol de retour direct quittera Québec les dimanches.

Des vols directs quitteront aussi le Grand Moncton tous les jours, du dimanche au vendredi, vers les Îles-de-la-Madeleine.

 

«Ça me sauve de deux à trois heures par voyage»

ST. JOHN’S,T.-N.-L. – La ville de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, connaît un essor économique qui ne se dément pas. Des condos dont le prix surpasse les 300 000 $ sont chose de plus en plus courante et les rues de la cité portuaire fourmillent d’activités.

En d’autres mots, le boum pétrolier de cette région semble définitivement avoir porté ses fruits.

Aujourd’hui, Carol O’Reilly est directrice générale de la Chambre de commerce du Grand Moncton. Originaire de St. John’s, elle croit que les occasions d’affaires pour ses membres seront nombreuses et simplifiées par l’arrivée du nouveau vol offert par Pascan.

«Ce qu’on va découvrir, à mesure que la relation entre les deux régions se développe, ce sont des gens d’affaires du Grand Moncton et St. John’s qui travailleront de plus en plus ensemble. Quand c’est trop compliqué et que ça prend trop de temps, les relations d’affaires échouent parfois. Ce vol changera les choses de ce côté», a précisé Mme O’Reilly.

Une trentaine de travailleurs et gens d’affaires se sont envolés vers St. John’s jeudi matin. Ils étaient encore un peu plus pour le retour vers Moncton.

Steve Cullen, consultant en santé et sécurité des travailleurs pour le projet Hebron, sur les côtes de Terre-Neuve-et-Labrador, en a profité pour épargner un peu de temps et retrouver son chez-soi, près d’Amherst, en Nouvelle-Écosse, plus rapidement.

«Cela me sauve de deux à trois heures par voyage», a confié M. Cullen sur le vol de retour en direction de Moncton.

Jeff MacDonald et Normand Beaulieu sont de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Ils ont pris

le vol de Pascan vers St. John’s jeudi matin pour aller travailler sur l’une des plateformes de forage.

«Nous sommes ici pour travailler une journée. Nous devons défaire une grue installée sur une barge. J’ai dû venir ici (St. John’s) à quelques reprises. Ce vol est plus rapide que celui d’Air Canada, je trouve», a expliqué M. Beaulieu.

Trois plateformes de forage se trouvent sur les côtes de Terre-Neuve-et-Labrador. Il est estimé qu’elles peuvent extraire 300 000 barils de pétrole par jour. – PaL

Deux de la trentaine de passagers qui sont montés à bord du vol inaugural de Pascan entre Moncton et St. John's, jeudi matin.
Deux de la trentaine de passagers qui sont montés à bord du vol inaugural de Pascan entre Moncton et St. John’s, jeudi matin.

 

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle