Deux entrepreneures de Caraquet récompensées

TRACADIE-SHEILA – Ceux qui la connaissent savent que Mélodie LeBlanc est une femme active. Quand elle s’est lancée en affaires, en 2004, il était donc naturel pour elle de faire l’achat et prendre la relève de l’entreprise familiale, le Gym Nautilus à Caraquet.

Tous ses efforts ont valu le coup. Neuf ans plus tard, Mélodie LeBlanc devient la dixième récipiendaire du Prix du Jeune entrepreneur(e) de l’année décerné annuellement par la Corporation au bénéfice du développement communautaire (CBDC) – Péninsule acadienne.

Le prix a été remis mercredi soir lors d’un banquet au Club de Curling à Tracadie-Sheila.

Pour la lauréate, faire fonctionner un centre de conditionnement physique dans la Péninsule acadienne est un privilège, même s’il est parfois difficile de se faire connaître, surtout auprès de ceux qui veulent commencer à se remettre en forme.

«Des fois, avec quelqu’un qui n’a pas trop fait d’activité physique, ça peut être intimidant pour lui, mais souvent les gens se sous-estiment. Ils pensent qu’ils ne sont pas capables. Mais il faut réaliser que le corps humain est fait pour bouger et déployer un effort physique. Il n’est pas fait pour rester assis», dit-elle.

Mais elle apprécie surtout la présence d’une clientèle fidèle, qui parfois est aux portes du gym dès l’ouverture de l’établissement à 5 h 45.

«C’est extraordinaire le dynamisme des gens qui viennent au gym. Ils sont toujours de bonne humeur. C’est aussi quelque chose qui est très tendance. On parle beaucoup dernièrement de prendre de bonnes habitudes de vie. C’est une entreprise avec un avenir prometteur.»

Isabelle Thériault honorée

De son côté, Isabelle Thériault, de Caraquet, est devenue la récipiendaire du prix Femme entrepreneure de l’année.

Elle est propriétaire de l’Académie Isabelle Thériault, une école de chant qui prépare les jeunes musiciens à faire carrière en musique. Elle a aussi été impliquée avec quatre autres personnes dans l’ouverture de la Brôkerie, un bar situé près du Carrefour de la mer à Caraquet et elle est présidente de l’organisme Centre-Ville Caraquet.

«Je n’ai peut-être pas le sens des affaires nécessairement, mais j’ai l’initiative pour monter des projets dans le domaine artistique. C’est comme ça que j’ai un peu développé mon sens d’entrepreneuriat, en développant des projets avec les personnes que j’aime et en lesquelles j’ai confiance», explique-t-elle.

«Quand j’ai quitté Shippagan, comme bien des adolescentes, je ne pensais jamais revenir dans la région, j’étais partie pour la gloire! Mais je suis revenue m’installer dans la Péninsule acadienne et je crois que c’est la plus belle décision que j’aurais pu prendre. Il ne se passe pas une semaine où moi et mon chum on se dit que c’est la plus belle place où vivre, développer des projets et créer de nouvelles affaires.»

La CBDC – Péninsule acadienne est un organisme offrant de l’assistance financière et technique aux petites et moyennes entreprises.