Création d’emplois: gouvernement et opposition s’accusent mutuellement

FREDERICTON – Le gouvernement et l’opposition s’accusent mutuellement de ne pas avoir de stratégie pour la création d’emplois à la lumière des plus récentes données de Statistique Canada sur la question.

Le taux de chômage a diminué de 0,6 % au Nouveau-Brunswick en octobre pour se situer maintenant à 10,1 %. Derrière cette baisse se cache cependant une baisse du nombre de travailleurs et une baisse du nombre de personnes à la recherche d’un emploi. Dans l’absolu, la province a perdu 2500 emplois le mois dernier, révélait Statistiques Canada vendredi.

«Est-ce que le premier ministre va admettre que l’approche du gouvernement pour le développement de notre économie et la création d’emplois ne fonctionne pas?», a demandé le chef du Parti libéral, mardi, lors de la période de questions.

«Est-il fier du fait que nous avons perdu 2500 emplois en l’espace d’un mois?», a jouté Brian Gallant.

Le premier ministre David Alward a admis que le portrait n’était pas des plus reluisant, renchérissant du même coup sur l’importance de profiter des ressources naturelles de la province pour changer le marché de l’emploi dans la province.

«Nous ne sommes pas fiers de la situation actuelle du Nouveau-Brunswick. C’est la raison pour laquelle nous nous concentrons sur le développement de nos ressources naturelles», a commenté M. Alward.

«C’est le chef de l’opposition qui est contre cela, c’est évident. Il est en faveur d’un moratoire, voilà la réalité. Le Parti libéral ne veut pas rebâtir notre province», a-t-il dit.

Le Parti libéral exige un moratoire sur l’exploration du gaz de schiste en attendant la sortie de deux rapports gouvernementaux, l’un américain, l’autre canadien, sur cette industrie, prévue l’an prochain.

«Nous avons de nombreuses inquiétudes au sujet de la fracturation hydraulique et des risques que ça pourrait poser pour la santé et l’environnement. Les bénéfices économiques nous laissent aussi perplexes», a répété Brian Gallant à la sortie de la Chambre.

Selon David Alward, le moratoire exigé par les libéraux nuirait à la création d’emplois qu’il revendique pourtant.

«Nous avons un chef de l’opposition qui a la tête dans le sable. C’est ça la réalité. Nous avons un chef de l’opposition qui ne comprend pas. Il parle des deux côtés de la bouche», a déclaré le premier ministre lors de la période de questions.

M. Gallant estime plutôt que son approche est claire et qu’elle est la bonne.

«Nous voulons investir en éducation, en formation et en littératie. Nous croyons que nous pourrons ainsi réduire l’écart de compétences. Nous pensons qu’investir en nous-mêmes et dans nos connaissances, nous serons prêts pour l’économie de demain», a avancé le chef du Parti libéral.