Le monde coopératif veut se développer davantage

CARAQUET – Le monde coopératif acadien veut se prendre en main. Lundi matin, le Fonds intercoopératif de développement – Acadie (FIDA) a officiellement été lancé à Caraquet, pour donner un coup de main aux nouvelles coopératives et à celles qui désirent prendre de l’expansion.

Le FIDA se donne un objectif assez ambitieux. Il entrera en activité seulement lorsqu’il aura atteint son objectif de récolter 1 million $ d’ici les cinq prochaines années. À présent, le recrutement se déroule bien. Marc Henri, agent de recrutement pour le FIDA, a déjà rencontré quelques conseils d’administration.

«La rétroaction est super positive. Une dizaine de coopératives et de caisses populaires ont déjà manifesté leur intérêt de contribuer de façon annuelle pour atteindre notre objectif. Il me reste une autre vingtaine de coopératives à rencontrer, ensuite, je vais aller voir les municipalités francophones de la province pour qu’elles jouent un rôle aussi», souligne Marc Henri.

La population peut également investir dans ce projet en achetant une part de 100 $.

Une fois établi, le FIDA sera en mesure d’aider les coopératives de trois façons différentes. Les nouvelles coopératives pourront obtenir une subvention pouvant atteindre jusqu’à 5000 $, pour le financement d’études préliminaires, d’un plan d’affaires, etc.

Le FIDA veut de plus offrir des garanties de prêt aux coopératives existantes qui souhaitent prendre de l’expansion.

Finalement, cet argent permettra aussi au FIDA de faire l’acquisition de parts sociales dans une nouvelle coopérative.

Paul Lanteigne, président du FIDA, soutient que les démarches ont été entamées il y a quelques années et ont pris de l’ampleur à la suite de l’abolition en 2012 de l’Initiative de développement coopératif, un programme de financement fédéral. Il a confiance en la réussite de ce nouveau programme.

Il est également persuadé des bienfaits de la coopération sur l’économie de la province.

«En créant des coopératives, on crée de l’emploi. On pense aussi que les coopératives sont un bon moyen pour se sortir de la misère, parce que les coopératives restent fortes même quand les temps sont difficiles.»

Un site Internet a aussi été développé (www.fidacadie.ca)