Une habitation écologique sera construite dans la Péninsule acadienne

TRACADIE-SHEILA – À première vue, le bâtiment que souhaite construire Philippe Rousselle a l’air de sortir tout droit d’un film de science-fiction, mais en réalité, il s’agit de rien de moins qu’un «earthship», une construction autosuffisante et écologique fabriquée de matériel recyclé.

L’homme de Saint-Irénée, près de Tracadie-Sheila, s’intéresse à ce type de structure depuis quelques années. Sa sœur et lui ont même participé à la construction d’un «vaisseau terrestre» sur l’île Lasqueti, en Colombie-Britannique.

Cette île est en quelque sorte l’endroit idéal pour l’édification d’un earthship. Selon son site Internet, les routes de l’île ne sont pas pavées et les lieux ne sont pas desservis par le réseau d’électricité provinciale. Les résidants se servent de sources d’énergie alternatives ou vivent sans électricité tout court.

Appuyé pour l’instant par un groupe composé d’une dizaine de personnes, Philippe Rousselle veut démontrer aux gens de la Péninsule acadienne les atouts de ces maisons. Il est l’instigateur d’un projet communautaire où il est proposé de construire un bâtiment multifonctionnel qui pourrait, par exemple, être rattaché à un jardin communautaire et être utilisé comme cuisine collective.

Certains organismes à but non lucratif ont déjà démontré un intérêt et il espère maintenant obtenir l’appui des municipalités de la Péninsule acadienne.

«Ce sera un petit bâtiment qui démontrera tous les fonctionnements des earthships et qui sera adapté au climat. Il y a des composantes, comme fournaise à masse thermale qui peut être introduite dans les régions à climat froid ou humide. Mais ces bâtiments peuvent être adaptés pour être construits dans n’importe quelle région du monde», explique-t-il.

Bien sûr, ce qui rend ces habitations uniques, ce sont les matériaux utilisés. La structure est faite avec des pneus, des pierres, des canettes d’aluminium, des bouteilles de verre et de l’argile.

Les maisons sont chauffées grâce à des techniques de géothermie et en exploitant l’énergie solaire. L’eau de pluie est collectée pour subvenir aux besoins en eau, et le traitement des eaux usées se fait à l’interne. Une serre intérieure permet de cultiver son propre jardin à longueur d’année.

L’avantage de tout cela? Les modèles de base peuvent être érigés pour environ 7000 $, sans oublier qu’elles promeuvent une réduction de consommation d’énergie.

«En Colombie-Britannique, c’était une expérience très stimulante. C’est sécuritaire, autosuffisant et ça fait prendre conscience des conséquences de la surconsommation.»

Ceux qui désirent obtenir plus de renseignements sur ce projet sont invités à contacter Philippe Rousselle par courriel (eco.construction.pa@gmail.com).

Concept développé par l’architecte américain Michael Reynolds

TRACADIE-SHEILA – Concept né dans les années 1970 et développé par l’architecte américain Michael Reynolds, les earthships sont des habitations écologiques fabriquées avec du matériel recyclable et à moindre coût. Popularisées dans le documentaire Garbage Warrior, des résidences du genre ont été construites un peu partout sur la planète, dont au Nouveau-Brunswick, dans la région de Saint-Jean. Plus de renseignements sont disponibles en anglais sur Internet (www.earthship.com) – DC