Fusion des caisses: la commission de services financiers suit le dossier de près

CARAQUET – La Commission des services financiers et des services aux consommateurs du Nouveau-Brunswick suit avec attention le projet de regroupement des 15 caisses populaires acadiennes défendu par le PDG Camille Thériault.

Pierre LeBlanc, le surintendant des institutions financières, n’a pas encore formulé d’avis sur la question, mais il reconnaît dans un communiqué de presse avoir «été approché par la Fédération des caisses populaires acadiennes au sujet d’une proposition de fusion entre les caisses populaires».
Sauf que la démarche n’est pas possible dans l’état actuel de la réglementation provinciale à laquelle sont soumises les caisses populaires acadiennes. C’est ce qu’avait souligné mardi Camille Thériault lors de sa présentation devant la communauté d’affaires de Caraquet.
«La proposition d’un regroupement collectif serait le changement le plus important proposé depuis la création de la Fédération des caisses populaires acadiennes en 1946. D’importantes modifications à l’encadrement législatif et à la structure de réglementation seraient vraisemblablement nécessaires», reconnaît le surintendant des institutions financières.
Pierre LeBlanc dit attendre un mémoire de la Fédération des caisses populaires acadiennes pour avoir plus de détails sur le projet. Le surintendant assure également comprendre que la fédération examine toutes les options, même celle que le projet soit réglementé par un organisme fédéral, comme l’a laissé entendre mardi le PDG des caisses populaires acadiennes.
Pour autant, Pierre LeBlanc appelle de ses vœux que toute cette évolution devra se faire avec l’assentiment des membres des caisses populaires acadiennes.
«Il est important de mentionner que les membres devront être soigneusement consultés. Ils et elles devront avoir toute l’information requise pour bien comprendre les enjeux et les implications d’une caisse unique (regroupement collectif), afin qu’ils et elles puissent prendre une décision éclairée dans leur meilleur intérêt.»