REÉR: Moncton et le N.-B. cotisent moins que le reste du pays

MONTRÉAL – Le montant total des cotisations aux régimes enregistrés d’épargne-retraite augmente, mais le nombre de cotisants canadiens demeure stable, ce qui signifie que ce sont sensiblement toujours les mêmes qui cotisent et qui mettent davantage d’argent de côté pour leur retraite.

Les données rendues publiques par Statistique Canada, mardi, font état d’un montant total de 35,7 milliards $ de cotisations en 2012, une hausse de 3,8 % par rapport à l’année précédente, alors que le nombre de cotisants est demeuré pratiquement inchangé, soit un peu moins de 6 millions de personnes.

Les données sont fondées sur les déclarations de revenu de 2012.

Les cotisations totales aux REÉR ont augmenté dans la plupart des provinces en 2012. Au Nouveau-Brunswick, une baisse était de 1,1 % a été constatée.

En moyenne, un peu moins d’un Canadien sur quatre (23,7 %) cotise à un REÉR. Toutes les régions métropolitaines du Québec affichent un taux de cotisation au-dessus de la moyenne et la région de Québec se classe deuxième au Canada pour la plus haute proportion de cotisants, avec 30,5 %, tout juste derrière Calgary (30,8 %).

À l’inverse, la région métropolitaine de Moncton présente le deuxième plus faible taux de cotisation, avec 20,3 % des déclarants ayant contribué à un REÉR.