Treize jeunes expatriés rêvent de revenir travailler dans la Péninsule acadienne

TRACADIE-SHEILA – Alors que beaucoup de jeunes partent de la Péninsule acadienne dans l’espoir d’avoir de meilleures possibilités d’emploi, d’autres ne rêvent que d’y revenir afin de s’y installer et d’y vivre heureux.

Il n’est toutefois pas toujours facile de se trouver du travail dans la région, souvent parce que l’on n’a pas suffisamment d’occasions de réseautage, affirme Frédérick McGraw, directeur général de la Corporation au bénéfice du développement communautaire de la Péninsule acadienne (CBDC).

«L’un des grands défis pour les jeunes qui veulent revenir ici est de jumeler leur spécification avec les emplois disponibles dans la région», explique-t-il.

Pour une deuxième année consécutive, la CBDC a organisé l’activité Je reviens! j’y reste! Treize jeunes ont partcipé à l’évnement qui s’est déroulé samedi au centre Villégiature Deux Rivières à Tracadie-Sheila.

Les jeunes de différents âges ont eu l’occasion d’assister à des ateliers donnés par des figures du domaine de l’emploi dans la Péninsule acadienne.

Au total, quatre conférenciers ont partagé à leur auditoire des astuces, des conseils et des histoires dans le but de faciliter leur recherche d’emploi.

Des outils ont aussi été donnés aux jeunes entrepreneurs qui désirent démarrer leur propre entreprise ou en acheter une déjà existante. Frédérick McGraw souligne qu’il est primordial d’investir de son énergie dans la jeunesse afin de préparer une relève solide.

Pour le coordonnateur de l’événement, André Leclair, ç’a été énormément de travail et d’organisation alors qu’il terminait son baccalauréat il y a deux semaines, en même temps que les derniers grands préparatifs.

Toutefois, il avoue être très fier du déroulement de la journée et raconte que pour lui, «c’est une initiative très importante pour l’avenir des communautés.»

«La Péninsule acadienne est plus que capable de se vendre elle-même, avec son charme. Ce qui nous manque ici, c’est plutôt le lien entre les jeunes et les employeurs», affirme M. Leclair.

Pour Jonathan Duguay, participant originaire de Rivière-du-Portage qui obtiendra son diplôme universitaire en administration des affaires en décembre, Je reviens! J’y reste! était une occasion en or de revenir dans son petit coin de pays.

Garçon de campagne, il a réalisé au cours de ses dernières années à l’Université de Moncton que la grande ville n’était pas faite pour lui. Son objectif est de rencontrer des employeurs potentiels d’ici sa remise des diplômes afin de faciliter sa recherche d’emploi, le moment venu.

«Moncton c’est beau, c’est grand et il y a bien des choses intéressantes qui s’y passent, mais ça ne bat pas la Péninsule, la famille et les gens accueillants et chaleureux que l’on trouve ici», raconte l’étudiant.

Jean-Maxime Robichaud, fièrement diplômé en administration des affaires depuis avril, souligne pour sa part les outils qu’il a acquis durant la journée et qui lui seront utiles tout au long de sa future carrière.

«On a eu l’occasion d’étudier de vrais plans d’affaires, de travailler nos curriculum vitae et de pratiquer de réelles situations d’embauche», partage l’étudiant originaire de Shippagan.

«C’est un bagage de connaissances qui n’a pas de prix.»