Major Drilling achète une entreprise de forage pour 27,7 millions $

MONCTON – Major Drilling Group International (TSX: MDI), dont le siège social est à Moncton, achète l’entreprise Taurus Drilling Services pour la somme de 27,7 millions $. Selon son directeur financier, Denis Larocque, cette acquisition lui permettra de stabiliser ses revenus. 

En achetant Taurus Drilling Services, Major Drilling met la main sur de l’équipement, du personnel et des contrats au Canada, aux États-Unis et au Mexique. D’après elle, les revenus de cette entreprise ont été d’environ 38 millions $ au cours de la dernière année, alors que les bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements ont été de quelque 8 millions $. 

Selon Denis Larocque, cette acquisition permettra à Major Drilling de diversifier ses services et de stabiliser ses revenus. Major Drilling est active dans le secteur de la prospection, alors que Taurus Drilling Services est active dans la production.

«Tout de suite, dans le domaine minier, la production n’a pas diminué. C’est l’exploration qui a diminué. Nous, on offre des services qui sont très volatiles. Eux, ils offrent des services stables.»

Major Drilling a effectivement besoin d’un coup de main pour retrouver le chemin de la profitabilité. Les résultats de la dernière année financière, dévoilés au début juin, font état d’une diminution considérable de ses revenus par rapport à l’année précédente. 

De 695,9 millions $ en 2013, les revenus ont chuté à 354,9 millions $ en 2014. L’année dernière, Major Drilling a encaissé des pertes nettes de 55,3 millions $, alors qu’elle avait généré des profits nets de 52,1 millions l’année précédente. 

Malgré cela, Denis Larocque affirme que l’entreprise se porte bien. La diminution des revenus et des profits est due au ralentissement des activités d’exploration dans le secteur minier à l’échelle mondiale sont à blâmer, dit-il. 

«On est en bonne situation financière pour faire face à la musique, mais on n’est pas encore profitable à l’heure actuelle. C’est encore très difficile dans l’industrie.»