OAKVILLE, Ont. – Burger King est actuellement en négociations pour faire l’acquisition de Tim Hortons et ainsi former une nouvelle société cotée en bourse qui serait domiciliée au Canada.

Par communiqué, les deux entreprises ont indiqué dimanche soir que le Canada serait le plus important marché de la société.

Le communiqué précise que l’actionnaire majoritaire de Burger King, 3G Capital, continuerait de détenir la majorité des actions de la nouvelle entreprise et que les parts restantes iraient aux actionnaires actuels de Tim Hortons et Burger King.

Burger King Worldwide, qui est basée à Miami, et l’ontarienne Tim Hortons poursuivraient leurs activités en tant que marques autonomes.

«Tim Hortons et Burger King possèdent chacune de forts réseaux de franchises et des marques renommées qui sont appréciées de leurs consommateurs respectifs», déclarent les entreprises dans le communiqué.

«Toute transaction sera structurée de façon à préserver ces relations et à approfondir les connexions de chacune des marques avec ses clients, ses franchisés, ses employés et les communautés.»

La nouvelle société posséderait plus de 18 000 restaurants dans 100 pays à travers le monde et deviendrait la troisième plus grande entreprise de restauration rapide au monde, selon Burger King et Tim Hortons.

Les deux entreprises ont ajouté qu’elles ne commenteraient pas davantage tant qu’il n’y aura pas d’entente.

Lorsque Marc Caira, un ancien dirigeant de Nestlé, a été nommé président-directeur général de Tim Hortons l’an dernier, il a fait un réexamen en règle de l’entreprise.

La compagnie a révisé ses priorités et réexaminé la façon dont elle pouvait améliorer sa réputation tant auprès des consommateurs de café canadien qu’à l’étranger.

Tim Hortons domine le marché canadien du café, mais a de la difficulté à obtenir du succès au sud de la frontière. L’entreprise ontarienne doit également composer avec la concurrence que lui livre Starbucks et McDonalds, qui a récemment apporté des améliorations à son café.

La franchise tente d’attirer les clients avec autre chose que du café et des beignes, offrant des nouveautés comme un sandwhich au poulet croustillant et des accompagnements pour faire augmenter ses ventes à l’heure du déjeuner et du dîner.

Le titre de Tim Hortons a enregistré une forte hausse ces dernières semaines, après avoir présenté des résultats financiers plus élevés que prévu et avoir revu à la hausse ses prévisions pour l’année.

L’entreprise, baptisée en l’honneur de son fondateur et ex-joueur des Maple Leafs de Toronto Tim Horton, a célébré ses 50 ans cette année.

En février, Tim Hortons a annoncé vouloir ouvrir 300 nouveaux restaurants aux États-Unis d’ici 2018, qui s’ajouteront à plus de 800 emplacements déjà exploités par l’entreprise au sud de la frontière.

Au 29 juin, Tim Hortons exploitait 4546 restaurants, dont 3630 au Canada, 866 aux États-Unis et 50 au Moyen-Orient.

Le titre de Tim Hortons se transigeait à 68,78 $, en hausse de 1,87 $, à la Bourse de Toronto à la fermeture des marchés,vendredi.

LA BOURSE DE TORONTO SUSPENDUE AUX LÈVRES DE TIM HORTONS

TORONTO – La Bourse de Toronto a clôturé lundi à un sommet record, après qu’un des détaillants les plus emblématiques du Canada, la chaîne de cafés Tim Hortons, eut confirmé tenir des discussions qui pourraient déboucher sur sa fusion avec le géant américain de la restauration rapide Burger King.

Burger King espère pouvoir ainsi créer une nouvelle entreprise inscrite en Bourse dont le siège social serait situé au Canada, ce qui lui permettrait de réaliser d’importantes économies d’impôts. De telles opérations, appelées «inversions fiscales», sont de plus en plus fréquentes aux États-Unis, mais aussi de plus en plus controversées. L’actionnaire majoritaire de Burger King, 3G Capital, détiendrait la majorité des actions de la nouvelle entreprise.

La valeur d’une telle transaction reste encore inconnue. Mais la perspective d’économies fiscales pour Burger King (NYSE:BKW) a propulsé son action en hausse de 19,5 %, tandis que celle de Tim Hortons (TSX:THI) a pris 19,3 pour cent à 82,03 $.

L’indice composé S&P/TSX a clôturé en hausse de 63,19 points à 15 598,74 points.

Le dollar canadien s’est pour sa part déprécié de 0,3 cent US à 91,07 cents US.

Aux États-Unis, les principaux indices boursiers ont aussi progressé. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 75,65 points à 17 076,87 points, tandis que l’indice élargi S&P 500 a gagné 9,54 points à 1997,94 points – un sommet record – et que l’indice composé du Nasdaq a pris 18,8 points à 4557,35 points. – LA PRESSE CANADIENNE

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle