Infrastructures: les promesses des libéraux devraient aider l’économie de la province

FREDERICTON – L’augmentation des dépenses en infrastructures promise par les libéraux devrait contribuer à la croissance économique du Nouveau-Brunswick en 2015, selon le Conseil économique des provinces de l’Atlantique.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) de la province devrait passer de 1 % cette année à 1,7 % l’an prochain en raison «d’une augmentation des exportations et des dépenses gouvernementales en infrastructures», selon les experts du centre indépendant d’études et de recherches.

Les libéraux de Brian Gallant, qui sont au pouvoir depuis septembre, ont promis d’accroître le budget des dépenses en infrastructures du gouvernement de 900 millions $ en six ans. Une première augmentation de 150 millions $ est attendue en 2015-2016.

«Si le gouvernement est capable d’agir rapidement dans la sélection des projets et l’octroi des contrats, cette initiative devrait donner un coup de fouet aux investissements en 2015», indiquent les auteurs du rapport.

Ils anticipent également une hausse des exportations de bois vers les États-Unis en 2015 en raison de l’augmentation attendue des mises en chantier chez nos voisins du Sud et la faiblesse du dollar canadien.

La promesse du gouvernement libéral en matière d’infrastructures n’a pas que des effets positifs, précise-t-on dans le rapport. Le Parti libéral a remis l’atteinte du déficit zéro à l’année fiscale 2020-2021, tandis que le précédent gouvernement progressiste-conservateur entendait atteindre l’équilibre budgétaire en 2017-2018.

«La dette provinciale, qui dépasse en ce moment les 12 milliards $, devrait croître de 1,3 milliard $ au cours des quatre prochaines années», indique-t-on.

Les projections du Conseil économique des provinces de l’Atlantique concernant la progression du PIB pour l’année en cours (1 %) sont en phase avec les prévisions de la province qui s’attendait dans son dernier budget à une croissance 1,1 % en 2014. Fredericton prévoyait cependant une augmentation du PIB de 2,1 % en 2015.

L’économie canadienne devrait croître de 2,4 % en 2015 après une augmentation de 2,3 % cette année. En Atlantique, la Nouvelle-Écosse devrait avoir la croissance la plus forte (1,9 %) l’an prochain, alors que l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador se partageront le 3e rang (1,5 %).

Selon les auteurs du rapport, l’économie du Nouveau-Brunswick pourrait progresser davantage durant la seconde moitié de 2015 si la construction de la mine Sisson Brook va de l’avant. Les gouvernements fédéral et provincial sont en train d’étudier l’impact environnemental du projet de 580 millions $ de la minière Northcliffe Resources qui souhaite exploiter le gisement de tungstène et de molybdène situé à environ 100 km au nord-ouest de Fredericton.

Le taux de chômage était de 9,4 % au Nouveau-Brunswick au troisième trimestre de l’année en cours, son taux le plus bas depuis 2011.

Le marché immobilier demeure «faible» dans la province en raison d’une «surabondance persistante de l’offre de location et de l’absence de croissance de la population». En septembre, le nombre de mises en chantier était en baisse de 17 % par rapport à la même époque 12 mois auparavant.

Les exportations du Nouveau-Brunswick ont connu une réduction de 2,4 % en août en comparaison à l’année dernière. Les exportations de pétrole (- 6 %), de potasse (- 25 %) et de saumon (- 44 %) étaient en baisse. Les ventes de bois et de fruits de mer étaient en hausse.