Une nouvelle chaudière à la biomasse chez Fiready de Clair (vidéo)

CLAIR – L’installation d’une nouvelle chaudière à la biomasse, un investissement de 700 000 $, permettra au fabricant de bois de foyer séché et ensaché, Fiready, de Clair, d’accroître sa production.

La compagnie Fiready, située dans le parc industriel de Clair, se spécialise dans la confection de bois de chauffage domestique séché et ensaché. Elle exporte près de 50 % de sa production actuelle sur les marchés de la Nouvelle-Angleterre et d’autres États de l’est américain. Elle est aussi présente dans l’est du Canada et aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon.

Étant donné que l’entreprise ne suffit pas à la demande, ses dirigeants ont voulu d’accroître la productivité.

«Nous roulons à pleine capacité depuis trois ans, nous arrivons à peine à fournir nos clients et nous n’avons pratiquement jamais d’inventaire de bois. Cette chaudière à la biomasse sera plus performante que le prototype datant de 2007 que nous possédons. Nous pourrons sécher davantage de bois pour nous permettre de produire plus», a dit la porte-parole de la compagnie, Marielle Clair.

 

L’entreprise utilisera ses propres résidus de bois pour alimenter la chaudière. De plus, ils seront broyés afin d’avoir un produit plus uniforme à brûler.

«Nous aurons quatre cycles de chauffage au lieu de trois. Nous prévoyons fabriquer 150 000 sacs de bois de plus par année», a-t-elle mentionné.

Selon Mme Clair, la compagnie vient de connaître sa meilleure année en terme de production. Elle a livré 432 000 sacs de bois sur les marchés en 2013-2014. Elle prévoit que l’entreprise pourra atteindre le cap des 600 000 sacs avec l’installation de la nouvelle chaudière.

Fiready procure du travail à 15 personnes. Selon Mme Clair, les investissements devraient permettre de créer deux emplois additionnels.

La compagnie garantit que son bois séché ne contient pas d’insectes ni de moisissure.

«Nous visons une qualité supérieure avec notre produit. Nous voulons toujours nous démarquer de la concurrence tout en fournissant à temps à nos clients», a ajouté Mme Clair.

Ottawa contribuera 350 000 $ au projet par l’entremise d’une contribution remboursable. Le gouvernement du Nouveau-Brunswick y injectera 140 000 $. L’entreprise, qui versera 10 000 $, a aussi reçu un prêt de 200 000 $ de la Banque de développement du Canada.