Le ministre de l’Énergie en mission au Québec

FREDERICTON – Le ministre de l’Énergie et des Mines du Nouveau-Brunswick va discuter de pipeline, de gaz de schiste et de transport ferroviaire avec ses homologues du Québec.

Donald Arseneault a rendez-vous à la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain, mardi, afin d’entendre le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, discourir sur l’avenir économique de la Belle Province.

M. Arseneault, qui sera accompagné par des représentants de TransCanada durant la conférence, espère profiter de sa visite à Montréal pour discuter une fois de plus du projet d’oléoduc Énergie Est avec le premier ministre du Québec.

«Être là avec TransCanada, ça montre que l’on prend ce projet au sérieux, mais que l’on ne prend rien pour acquis non plus», a illustré le ministre Arseneault lors d’une conversation téléphonique quelques minutes avant de s’envoler pour la métropole québécoise.

Le pipeline Énergie Est doit notamment traverser le territoire québécois sur toute sa longue afin de transporter le pétrole brut de l’Ouest canadien jusqu’à la raffinerie d’Irving Oil à Saint-Jean dès 2018.

Le projet fait cependant face  à beaucoup d’opposition de la part des environnementalistes au Québec. Le premier ministre Couillard a d’ailleurs dressé une liste de conditions au passage de l’oléoduc sur son territoire. «Ce ne sont pas des conditions que nous ne pouvons pas surmonter», a assuré Donald Arseneault.

Mercredi, M. Arseneault rencontrera le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Pierre Arcand, et son collègue ministre délégué aux Transports, Jean D’Amour.

Chaleur Terminal

Donald Arseneault a également l’intention de discuter avec ses homologues québécois au sujet du projet de l’entreprise Chaleur Terminal qui souhaite construire très bientôt un terminal pétrolier au Port de Belledune. Le pétrole destiné à l’exportation serait acheminé chaque jour jusqu’au port grâce à deux trains de 120 wagons-citernes qui devront inévitablement transiter sur le territoire québécois.

Plusieurs municipalités du Québec voient d’un mauvais oeil le transport du pétrole par train depuis l’accident ferroviaire de Lac-Mégantic qui a coûté la vie à 47 personnes en juillet 2013.

«Nous allons essayer de discuter pour voir comment nous pouvons réduire les préoccupations des municipalités. Nous voulons nous assurer que le (Canadien National) fait son travail pour que nos voies ferrées soient sécuritaires», a expliqué M. Arseneault.

Gaz de schiste

Le ministre de l’Énergie et des Mines profitera aussi de sa visite au Québec pour récolter davantage d’informations sur l’industrie du gaz de schiste et le moratoire régional dans la vallée du Saint-Laurent.

Donald Arseneault a déposé en chambre avant les Fêtes un projet de loi afin d’interdire pour une durée indéterminée la fracturation hydraulique qui permet d’extraire le gaz emprisonné dans le schiste. Le moratoire est accompagné d’une liste de cinq conditions qui devront être remplies avant de permettre à l’industrie d’aller de l’avant.

M. Arseneault doit dévoiler au cours des «prochaines semaines» la structure ou le groupe qui sera chargé d’assurer que ces conditions sont bel et bien remplies. Le Québec a déjà mené de nombreuses études sur la question, a souligné le ministre.

«Pourrait-on partager de l’information sur des projets de recherche? Nous vivons les mêmes défis et nos préoccupations sont semblables», a-t-il mentionné.