Les mises en chantier ont repris de la vigueur en janvier, selon la SCHL

OTTAWA – Le rythme annuel des mises en chantier a défié les attentes et est reparti en hausse en janvier, alors que la construction d’un plus grand nombre de logements collectifs a contrebalancé le recul des mises en chantier de maisons individuelles, a indiqué lundi la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

L’agence fédérale a fait état de 187 276 mises en chantier en janvier, en données annualisées et désaisonnalisées, par rapport aux 179 637 enregistrées en décembre.

Les économistes s’attendaient en moyenne à ce que ce taux annuel soit d’environ 178 000, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

L’augmentation observée le mois dernier survient alors que le nombre de mises en chantier dans les centres urbains a grimpé à 172 322 unités en janvier, contre 161 940 en décembre. Ce gain est surtout attribuable aux logements collectifs, incluant les copropriétés, les maisons en rangée et les appartements.

Le taux de mises en chantier de logements collectifs dans les milieux urbains a grimpé à 115 008 unités en janvier, par rapport à 102 384 unités en décembre, tandis que celui des maisons individuelles a retraité à 57 314 unités le mois dernier, comparativement à 59 556 en décembre.

«Le ralentissement attendu des mises en chantier en janvier dans les régions plus dépendantes de l’énergie ne s’est pas matérialisé, ce qui veut dire que pour l’instant, le plongeon du prix (du baril de pétrole) ne transpire pas encore de façon négative dans les canaux de confiance et dans l’activité de construction de maisons», a noté l’économiste Laura Cooper, de la Banque Royale.

«Cette faiblesse ne s’est pas non plus manifestée dans les marchés du travail des provinces exposées au pétrole. Cependant, de récents rapports indiquent que les ventes de maisons existantes ont fortement chuté dans ces régions au cours du mois et les risques à la baisse pour la résilience de ces marchés de l’habitation persistent.»

Le taux des mises en chantier dans les centres urbains des Prairies a grimpé à 53 326 en janvier, contre 41 192 en décembre, tandis que celui du Canada atlantique a progressé à 7794, comparativement à 5377 en décembre.

Au Québec, les mises en chantier annualisées et désaisonnalisées dans les centres urbains ont glissé à 26 819 le mois dernier, alors que ce taux était de 29 408 au dernier mois de 2014. En Ontario, ce même chiffre a grimpé à 59 316, contre 56 798 un mois plus tôt.

Les mises en chantier ont reculé à 25 067 en Colombie-Britannique le mois dernier, comparativement à 29 165 en décembre.

Les mises en chantier dans les régions rurales ont reculé à 14 954 en janvier, par rapport à 17 697 le mois précédent.

Selon la SCHL, la moyenne mobile de six mois s’est établie à 188 956 mises en chantier en janvier, en baisse par rapport à celle de 191 627 observée en décembre.