Menace de conflit au CN

MONTRÉAL – Après le Canadien Pacifique, la menace d’un conflit de travail plane maintenant sur le Canadien National, qui semble être loin de s’entendre avec 4800 de ses travailleurs représentés par le syndicat Unifor.

Le président d’Unifor, Jerry Dias, a affirmé mercredi qu’il était fort probable et que les 4800 employés du bureau, de la mécanique et de l’intermodal du CN représentés par le syndicat se retrouvent en grève si rien ne change.

Selon le CN, Unifor a rejeté son offre de trois ans, qui comprend des augmentations de salaire annuelles de 3 %, similaires à celles comprises dans les ententes conclues avec les Métallurgistes unis d’Amérique et la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada.

Le transporteur ferroviaire montréalais affirme également qu’Unifor refuse d’abandonner sa demande pour que le CN effectue des versements de 5 cents de l’heure par membre à un fonds pour «l’action politique et communautaire».

Le président et chef de la direction du CN, Claude Mongeau, a indiqué que la société était prête à investir dans des causes caritatives, mais qu’elle n’avait pas l’intention d’accepter cette demande du syndicat.

Le président d’Unifor a rétorqué en affirmant que la stratégie du transporteur ferroviaire consistant à insister sur les versements au fond communautaire n’était qu’une «diversion».

Selon lui, le Canadien Pacifique, dont les profits sont inférieurs à ceux du CN, a consenti à des hausses salariales d’entre 3 et 4 % par année, sur quatre ans.