Grèce: une proposition contre l’évasion fiscale «ridicule», selon l’opposition

Le premier ministre grec, Alexis Tsipras. - Associated Press: Petros Giannakouris
Le premier ministre grec, Alexis Tsipras. – Associated Press: Petros Giannakouris

ATHÈNES, Grèce – La proposition du gouvernement grec d’engager des «inspecteurs non professionnels», dont «des étudiants, des femmes de ménage et même des touristes» pour s’attaquer à l’évasion fiscale lui a valu des réactions méprisantes de la part de ses opposants politiques.

Les partis d’opposition grecs Nouvelle Démocratie et PASOK – qui formaient auparavant une coalition – ont qualifié la proposition concernant les inspecteurs de «ridicule» et de juridiquement douteuse.

Celle-ci est l’une des sept réformes décrites dans un document joint à une lettre envoyée par le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, à son homologue néerlandais Jeroen Dijsselbloem. Ce dernier est aussi président de l’Eurogroupe, qui rassemble les 19 ministres des finances des pays de la zone euro.

Le gouvernement de la Grèce n’a pas encore confirmé le contenu de la lettre ayant fait l’objet d’une fuite, mais ne l’a pas non plus nié quand il a répondu aux commentaires du parti Nouvelle Démocratie.

Les propositions de réformes gouvernementales grecques seront discutées au cours d’une réunion de l’Eurogroupe qui se tiendra lundi à Bruxelles, en Belgique.