«Pour que l’après-CMA ne s’estompe pas»

CLAIR – L’Équipe des chefs de file en action de l’Acadie des terres et forêts veut éliminer les barrières et reconstruire les liens économiques, communautaires et culturels entre ses trois sous-régions.

L’Équipe des chefs de file en action, qui regroupe une quarantaine d’intervenants de diverses sphères, a été créée afin d’organiser le volet économique du Congrès mondial acadien 2014.

Elle a été maintenue en place afin de favoriser des initiatives de réseautage commercial, communautaire et culturel sur son territoire du nord-ouest du Nouveau-Brunswick, du nord du Maine et du Témiscouata, au Québec.

Six mois après la fin du CMA 2014, elle a fait part de son évolution au terme d’une rencontre de ses membres mardi à Clair.

«Diverses barrières ont freiné la collaboration entre les régions au fil du temps. Nous voulons donc “reconstruire” cette région historique de l’Acadie des terres et des forêts. Les possibilités sont illimitées à divers niveaux. Il y aurait du travail pour les 50 prochaines années», a dit la présidente du conseil d’administration de l’Équipe, Lise Ouellette.

Avec l’aide de divers partenaires et les municipalités, l’Équipe des chefs de file en action a obtenu du financement afin qu’elle puisse fonctionner pour les trois prochaines années.

Mardi, elle a présenté sa planification stratégique basée sur six axes d’orientation principaux soit la planification, le démarchage et le soutien organisationnel; la synergie et l’appui à la dynamique collaborative des milieux d’affaires; l’accès à l’information et aux outils de communication; le capital humain et la mobilité de la main-d’oeuvre; les échanges frontaliers, ainsi que le tourisme, la culture et la qualité de vie.

«Avec le CMA, nous avons pris connaissance des affinités entre nos territoires, de tout le potentiel et des opportunités que nous avons si nous agissons ensemble pour notre développement économique et communautaire. Avec tout le contexte de la mondialisation, on ne peut plus se permettre de fonctionner en vase clos», a ajouté Mme Ouellette.

Selon elle, l’Acadie des terres et forêts est un modèle unique en soi.

«Nous sommes dans un territoire unique avec nos deux pays (Canada, États-Unis) et nos trois gouvernements (Nouveau-Brunswick, Maine, Québec). Nous voulons faire fructifier cet héritage en créant des occasions de réseautage», a-t-elle poursuivi.

Jusqu’ici, diverses initiatives ont été mises en branle.

«Il est trop tôt pour en dévoiler les résultats, nous confirmerons des choses bientôt. Il faut continuer à agir pour s’assurer que ce que nous avons vécu durant le CMA 2014 ne meurt jamais», a continué Lise Ouellette.

Autant sur le plan économique que communautaire, l’intention est que la collaboration se poursuive. L’Équipe des chefs de file a d’ailleurs confirmé que le prochain tintamarre régional du 15 août se déroulera au Témiscouata.