Bénéfice à la baisse au Port de Belledune

BELLEDUNE – Le Port de Belledune a enregistré un bénéfice de 1,8 million $ en 2014, une légère baisse comparativement à l’année précédente.

En 2013, le profit s’élevait à 2 millions $. En 2012, 2,4 millions $ et l’année d’avant, 2,5 millions $. Il faut dire que la mine Brunswick, dont le concentré de plomb est traité à la fonderie de Belledune, a fermé ses portes au printemps 2013.

«Il y a eu des changements majeurs parce qu’Énergie NB a remboursé sa dette en 2013. Il ne faut pas oublier aussi que la mine Brunswick qui fournissait la fonderie a fermé pendant cette même période. Il y donc eu une baisse de revenus. Mais je crois que vous serez agréablement surpris de voir les résultats de 2015», a prévenu Rayburn Doucett, le président-directeur général du Port de Belledune.

Le port affiche une diminution de 2,25 % pour ce qui est de la manutention du fret, ainsi qu’un recul de 29 % pour le nombre de navires qui ont accosté au port l’an dernier. Mais la taille des embarcations a changé, ce qui explique ce résultat.

«Nous remarquons que la tendance des industries est des navires de plus grand tonnage parce que même si nous n’avons eu que 61 navires qui ont fait escale à Belledune, nous avons traité 1,655 millions de tonnes de cargaison», a justifié M. Doucett.

Et selon le président-directeur général, qui entame sa dernière année de fonction après 10 ans passés à la barre du port, le projet de terminal pétrolier est toujours d’actualités, bien qu’il accuse un certain retard comparé aux prévisions.

«Ils (les dirigeants) sont dans la région aujourd’hui (jeudi). C’est extrêmement positif de la manière dont les choses vont. Aussitôt qu’ils auront l’approbation de leur conseil de direction de finaliser les détails du financement et des clients, ils seront prêts à aller de l’avant. Ils ont fait plusieurs études, un examen environnemental. Ils ont les permis pour le bâtiment», a détaillé M. Doucett.

Le projet de 200 millions $ consiste à construire un terminal de stockage temporaire pour le pétrole, qui serait alimenté par voie ferroviaire. Concrètement, on parle de huit réservoirs pouvant contenir 150 000 barils de pétrole chacun.

Le maire de Bathurst est dans l’espoir que cette vision se concrétise pour sa région qui a bien besoin de croissance économique.

«La région a toujours appuyé le port et continuera à le faire car c’est une infrastructure importante pour nous. Avec le stockage de pétrole, c’est excellent pour notre économie. Ça va créer 250 emplois pendant la construction et de 30 à 50 emplois permanents par la suite. Le port est très proactif et c’est ce dont nous avons besoin. Et si on regarde le Port d’Halifax, il ne reste plus beaucoup de terrains. Même chose pour Saint-Jean. Il reste encore plusieurs terrains disponibles au port de Belledune et il est bien situé. Donc je crois que des compagnies vont regarder de plus en plus dans cette direction», a souligné Stephen Brunet.