BackOffice Associates s’installe à Moncton

La société internationale de gestion des données a ouvert un nouveau bureau à Moncton. Une subvention du gouvernement provincial l’aidera à créer 50 emplois.

 

Basée au Massachusetts, BackOffice Associates possède des installations en Australie, à Dubaï, en Inde, au Royaume-Uni. Et désormais un centre sur la rue Saint-Georges à Moncton. Une dizaine de personnes a déjà été embauchée et 40 emplois supplémentaires seront créés au cours des 3 prochaines années.

En retour, l’entreprise bénéficiera d’un prêt-subvention de 250 000 $, par l’intermédiaire d’Opportunités NB. Si elle respecte son engagement, elle pourra obtenir également une remise sur les salaires pouvant atteindre 96 500 $.

«Les gouvernements doivent jouer un rôle dans la création d’emploi, tout en protégeant les contribuables», a répondu le ministre des Finances Roger Melanson, interrogé sur cette nouvelle dépense.

La société se présente comme un leader mondial dans les solutions informatiques de maîtrise de l’information. Elle aide de grands groupes comme Kraft ou Eli Lilly à moderniser leurs systèmes de gestion des données.

«BackOffice Associates a révolutionné le marché grâce à une technologie de pointe qui aide les compagnies à accroître leur efficacité et leur productivité», déclare Rick Doucet, ministre responsable d’Opportunités NB.

Brian Gallant est venu à Moncton faire l’annonce de l’investissement.

«Cela va permettra d’augmenter le produit intérieur brut de la province d’environ 3,8 millions $ par an, et de créer des emplois payants», promet le premier ministre.

«C’est aussi une entreprise qui permet à d’autres d’être plus compétitives. C’est donc un bon partenaire à avoir dans notre écosystème.»

Selon le président-directeur général de BackOffice Associates, David Booth, le salaire moyen de ses employés est situé entre 40 000 $ et 60 000 $ par année. Le dirigeant justifie le choix de s’installer à Moncton par un environnement favorable aux affaires et les qualités professionnelles de la population.

«Les travailleurs du Nouveau-Brunswick sont loyaux envers leur employeur, nous avons besoin de personnes qui restent longtemps en poste et s’améliorent. De plus, nous avons ici une main-d’œuvre qualifiée et bilingue, ce qui est essentiel lorsque nous traitons avec des clients de pays francophones.»

Cette expansion est aussi liée à un partenariat en cours avec la multinationale McCain Foods, dont le siège social est basé à Florenceville-Bristol, à l’ouest de la province. Le principal producteur de frites au monde détient 55 usines à travers le globe, mais la majorité de ses données numériques sont conservées au Nouveau-Brunswick.