La crise en Grèce fait plonger la Bourse de Toronto

La Bourse de Toronto a culbuté lundi de plus de 300 points, imitant la plupart des places boursières à travers le monde, minées par la crise de la dette en Grèce et par les craintes liées à l’impact qu’elle pourrait avoir sur l’euro et l’économie mondiale.

La Presse Canadienne

L’indice de référence du parquet torontois a plongé de 317,94 points pour terminer la séance avec 14 490,15 points, un déclin qui a du coup effacé la croissance qu’avait cumulé le TSX depuis le début de l’année.

Les marchés boursiers new-yorkais ont aussi encaissé un coup, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles ayant glissé de 350,33 points à 17 596,35 points, un seuil lui aussi inférieur à son niveau du début de l’année. Entre-temps, l’indice élargi S&P 500 a rendu 43,85 points à 2057,64 points, tandis que l’indice composé du Nasdaq a lâché 122,04 points à 4958,47 points.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a perdu 1,30 $ US à 58,33 $ US le baril, mais le lingot d’or, considéré comme une valeur refuge lors des périodes d’incertitudes économiques, a vu son prix grimper, prenant 5,80 $ US à 1179 $ US l’once.

Le dollar canadien s’est pour sa part déprécié de 0,5 cent US à 80,70 cents US.