Douze ans de prison pour deux fraudeurs «à la Ponzi»

Deux hommes de Calgary ont été condamnés mardi à 12 ans de prison pour une des plus importantes «fraudes à la Ponzi» des annales canadiennes, dans laquelle plus de 2400 investisseurs d’un peu partout dans le monde ont perdu au total entre 100 et 400 millions $.

Gary Sorenson, âgé de 71 ans, et Milowe Brost, âgé de 61 ans, avaient été reconnus coupables en février dernier de fraude et de vol, relativement à une arnaque élaborée qui promettait à de petits investisseurs des taux de rendement assez irréalistes – jusqu’à 34 % par année. Brost a aussi été reconnu coupable de blanchiment d’argent et condamné à une peine distincte, mais concurrente.

Avant de prononcer les peines, le juge Robert Hall, de la Cour du banc de la reine de l’Alberta, avait reçu quelque 600 déclarations de victimes, certaines ayant perdu leurs économies de toute une vie.

Le juge Hall a aussi interdit aux deux accusés de s’occuper de l’argent d’autrui, même bénévolement, au cours des 20 prochaines années – les deux hommes auront alors 91 et 81 ans.

Le «système de Ponzi» consiste à utiliser les investissements de nouveaux clients pour verser d’alléchants rendements aux précédents investisseurs.

La Couronne réclamait la peine maximale de 14 ans de prison, alors que la défense recommandait entre huit et 10 ans, en plaidant que les deux hommes risquent maintenant de mourir en prison.

Une première fraude avait été commise entre 1999 et 2008, par l’entremise des sociétés Syndicated Gold Depository, Base Metals, Bahama Resource Alliance et Merendon Mining. D’autres crimes ont plus tard été commis entre 2004 et 2005 par l’entremise de la compagnie Strategic Metals.

Les fraudeurs promettaient aux petits investisseurs des rendements annuels de 34 % sur un investissement de 99 000 $, qui devait atteindre plus de 1,0 million $ après huit ans. Les arnaqueurs parlaient d’une affaire «à risque faible» de vente d’or à des sociétés de raffinage.