Suncor réduit de nouveau ses dépenses

C’est la deuxième fois en 2015 que Suncor réduit son budget. - Archives
C’est la deuxième fois en 2015 que Suncor réduit son budget. – Archives

Suncor Énergie a réduit jeudi d’une nouvelle tranche de 400 millions $ ses dépenses en immobilisations pour l’exercice en cours, tout en augmentant ses cibles de production et son dividende.

Ces décisions surviennent alors que le cours du pétrole brut continue de stagner en deçà de la barre des 50 $ US le baril, une situation qui ne laisse pas envisager une reprise rapide pour le secteur pétrolier. Le baril de pétrole valait plus de deux fois plus il y a un an.

Le géant canadien des sables bitumineux a dévoilé tard mercredi que ses dépenses en immobilisations pour cette année seraient d’entre 5,8 milliards $ et 6,4 milliards $. L’entreprise a précisé qu’elle réévaluait les projets «non essentiels» dans le cadre d’initiatives de réduction des coûts généralisées.

C’est la deuxième fois en 2015 que Suncor réduit son budget. En janvier, elle avait annoncé qu’elle l’amputait de 1 milliard $ et prévoyait dépenser entre 6,2 milliards $ et 6,8 milliards $ tout au long de l’année. En parallèle, Suncor estime avoir éliminé environ 1300 emplois depuis le début de l’année.

Entre-temps, Suncor a augmenté ses perspectives de production de 10 000 barils par jour pour les porter entre 550 000 et 595 000 barils par jour.

Le chef de la direction, Steve Williams, a indiqué que les flux de trésorerie de Suncor étaient assez solides pour financer ses besoins en capitaux, tout en haussant son dividende de 1 cent, à 29 cents par action, et en renouvellant son programme de rachat d’actions.

Les flux de trésorerie tirés des activités se sont élevés à plus de 2,1 milliards $ au cours du trimestre, en baisse par rapport à ceux de 2,4 milliards $ du même trimestre l’an dernier.

Le bénéfice net du deuxième trimestre s’est établi à 729 millions $, comparativement à celui de 211 millions $ de l’an dernier, trimestre auquel Suncor avait inscrit des charges de dépréciation.