Le bénéfice de la Banque HSBC Canada chute au 2e trimestre

A picture shows the London headquarters of HSBC on December 5, 2011. Britain's financial regulator said on December 5 that it had fined HSBC 10.5 million British pounds after one of the banking giant's subsidiaries missold financial retail products to elderly clients. In addition to the fine, equivalent to 12.2 million euros or 16.4 million USD, HSBC has agreed to pay compensation totalling about 29.3 million British pounds (34.2 million euros, 46 million USD), the Financial Services Authority said in a statement. AFP PHOTO / BEN STANSALL
A picture shows the London headquarters of HSBC on December 5, 2011. Britain’s financial regulator said on December 5 that it had fined HSBC 10.5 million British pounds after one of the banking giant’s subsidiaries missold financial retail products to elderly clients. In addition to the fine, equivalent to 12.2 million euros or 16.4 million USD, HSBC has agreed to pay compensation totalling about 29.3 million British pounds (34.2 million euros, 46 million USD), the Financial Services Authority said in a statement. AFP PHOTO / BEN STANSALL

Le bénéfice de la filiale canadienne de la Banque HSBC a retraité de 6,4 % au deuxième trimestre clos le 30 juin, par rapport à la même période en 2014.

La banque a attribué la plus grande partie du déclin trimestriel à une compression des marges, à de plus faibles gains sur les investissements financiers et à une hausse de ses coûts.

Le bénéfice attribuable aux actionnaires ordinaires a atteint 161 millions $ pour le trimestre, en baisse par rapport à celui de 172 millions $ de la même période l’an dernier.

Le rendement sur l’avoir des actionnaires s’est chiffré à 14 %, comparativement à 15,6 % au deuxième trimestre de l’an dernier.

Dans un communiqué, la présidente et chef de la direction de Banque HSBC Canada, Sandra Stuart, a indiqué que l’entreprise se concentrait sur la croissance de ses activités au Canada, mais qu’elle s’attendait à devoir continuer de composer avec certaines préoccupations, notamment la pression dans le secteur pétrolier et la faiblesse des taux d’intérêt.

Sa société mère, HSBC Holdings, la plus grande banque britannique au chapitre de la valeur boursière, a annoncé plus tôt cette année qu’elle supprimerait entre 22 000 et 25 000 emplois à travers le monde pour tenter de réduire ses coûts et de se concentrer davantage sur les économies asiatiques, qui connaissent de rapides croissances.