Un groupe d’innovateurs transforme dans l’ombre l’économie du Nouveau-Brunswick

NDLR: Voici le quatrième texte d’une série portant sur l’entrepreneuriat dans le domaine des nouvelles technologies au Nouveau-Brunswick.

Devenir entrepreneur, ça ne se fait pas en criant ciseau. C’est pourquoi des programmes d’incubation et d’accélération d’entreprise existent au Nouveau-Brunswick pour permettre aux gens d’affaires en devenir de faire leurs premiers pas en tant qu’entrepreneurs dans le domaine des nouvelles technologies.

Vidcruiter, Itavio et Ongozah – trois entreprises qui ont fait l’objet de portraits dans l’Acadie Nouvelle cette semaine – ont tous grandi grâce à des programmes d’accélération et d’incubation d’entreprises, comme ceux offerts par Propel ICT et Vennture Garage.

Trevor MacAusland a été le premier directeur général chez Propel ICT. Il est maintenant directeur du développement d’entreprise pour 3+, la corporation de développement économique du Grand Moncton.

L’accélérateur Propel ICT a été fondé il y a 11 ans à Saint-Jean pendant l’amalgamation des compagnies téléphoniques de l’Atlantique, quand NBTel a été absorbée et est devenue Bell Aliant.

«Il y avait beaucoup de personnes qui étaient responsables de l’innovation et du succès de NBTel dans le temps et qui se sont trouvés sur le chômage. Ils cherchaient le prochain chapitre de leur carrière», dit M. MacAusland.

Plusieurs de ces nouveaux chômeurs se sont réunis afin de s’entraider et tenter de se lancer en affaires. Le groupe a grandi et Propel ICT est né.

«Ils ne savaient pas ce qu’ils voulaient faire, mais ils savaient qu’ils voulaient faire quelque chose pour aider à transformer l’économie du N.-B. et aider les entrepreneurs qui voulaient se lancer en affaires.»

Trevor a joint l’équipe il y a cinq ans. Il était le premier employé de l’organisation qui a vu le jour à Saint-Jean pour ensuite s’étendre à Moncton, à Bathurst et à Miramichi. Il a contribué à la création du programme d’accélération entrepreneurial Launch 36.

«Le but de l’accélérateur était d’aider les gens avec des idées et qui avaient peut-être commencé à démarrer une entreprise en technologie en leur offrant un programme d’apprentissage, du mentorat et de l’accès au capital dans une période de 12 semaines»

L’objectif du programme était de lancer 36 nouvelles entreprises dans le domaine des nouvelles technologies en 36 mois. En tout, 49 nouvelles compagnies sont nées de ce projet en 33 mois.

«Ç’a été reconnu au niveau international comme étant un des meilleurs programmes du genre en Amérique du Nord. Quand on regarde au retour sur l’investissement du gouvernement, on a généré 19 $ pour chaque dollar investi par les contribuables», a précisé M. MacAusland.

Aujourd’hui Propel ICT offre deux programmes, Launch et Build, qui apportent des entreprises en démarrage à un autre niveau. Pendant 12 semaines, en soirée, celles et ceux qui ont un emploi peuvent travailler à construire leur compagnie avec un risque minimal.

«Dans 12 semaines, tu vas savoir si tu as une entreprise ou pas. Le sacrifice minimum que tu vas faire, c’est 12 semaines. À la fin de cette période, si tu ne peux pas trouver de clients qui veulent acheter ton produit et que tu n’as pas identifié le problème, tu peux retrouver ton emploi que tu n’as jamais quitté parce que ce programme est offert en soirée », souligne Trevor MacAusland.

Le but ultime de Propel ICT est de lancer 450 nouvelles entreprises en 5 ans pour trouver le joyau, la prochaine entreprise en démarrage d’un milliard de dollars en Atlantique.

L’organisme est financé par des intérêts privés et gouvernementaux. Le gouvernement fédéral offre un programme évalué à 100 millions $ pour venir en aide aux accélérateurs d’entreprises.

Propel ICT est donc à la recherche de candidat pour ses programmes. Les entrepreneurs peuvent postuler en ligne à Build ou Launch (www.propelict.com).

«UN GARAGE» POUR GERMER DES IDÉES

Les automobilistes apportent leur voiture au garage pour y faire réparer leur voiture. Les entrepreneurs y vont pour faire germer leurs idées. Vennture Garage, un programme de Venn Innovation, permet à celles et ceux qui veulent se lancer en affaire de trouver du mentorat et un espace de travail en plus d’avoir accès à des ateliers où ils en apprendront d’avantage sur le démarrage d’une entreprise.

Le Garage a ouvert ses portes il y a un peu plus d’un an au centre-ville de Moncton et a maintenant aussi pignon sur rue à Saint-Jean depuis un peu plus d’un mois.

Dave Gallant est l’administrateur délégué du Vennture Garage, un incubateur d’entreprises dans lequel il accompagne les gens qui veulent se lancer en affaires. Le programme comble un manque à gagner entre l’étape embryonnaire d’une entreprise et l’étape de démarrage où les idées sont plus claires et validées.

«Il y avait un vide dans le système de démarrage d’entreprises dans les Maritimes. Nous avons ces programmes pour les étapes plus avancées du développement d’entreprises, mais nous n’avons pas de refuge pour les entrepreneurs qui veulent tester leurs idées. C’est un endroit où les idées naissent si on veut», précise M. Gallant.

Au cours de la dernière année, le passionné de l’entrepreneuriat a offert du mentorat à une trentaine d’entrepreneurs en devenir en plus de les aider à valider et exécuter leurs idées. Après coup, ils peuvent accéder à des programmes plus poussés, comme Build de Propel ICT. C’est ce que Ongozah, entre autres, a fait. Le Farmer’s Truck, qu’on voit un peu partout à Moncton, est aussi passé par le Garage.

Les participants bénéficient aussi de conférences et d’atelier offerts par des entrepreneurs expérimentés.

«Tout le monde qui entre ici a une idée. Ils pensent que c’est la meilleure idée du monde. Je les aide à valider leur idée, à déceler le potentiel et à voir si elle peut mener à quelque chose de plus grand.»

Il n’en coûte rien pour utiliser les installations du Garage, mais Dave Gallant souligne que les gens doivent démontrer leur motivation et une ardeur au travail. Le programme est financé par le secteur privé et les gouvernements fédéral et provincial.

«Nous cherchons des candidats. Nous voulons plus de gens dans le programme et nous voulons que plus de gens postulent.»

Les futurs entrepreneurs peuvent postuler pour une place au Garage en ligne au www.vennturegarage.com.