Encorp Atlantique impatiente de voir les changements au programme de gestion des récipients à boisson

La direction de l’entreprise Encorp Atlantique brûle littéralement d’impatience à l’approche d’importants changements qui s’effectueront au programme provincial de gestion des récipients à boisson.

L’entreprise avait annoncé en avril l’octroi d’un contrat de plusieurs années à G.M. Rioux Transport de Grand-Sault, qui veillera dès octobre à la collecte, au transport et au traitement des récipients à boisson non alcoolisée consignés partout au Nouveau-Brunswick.

L’entente, évaluée à plus de neuf millions de dollars, doit s’échelonner sur une période de cinq ans.

Cette entente, jumelée à la vente des matières plastiques mélangées d’Encorp à un nouveau fournisseur, devrait se traduire par d’importantes économies, a indiqué jeudi Pierre Landry, le directeur général d’Encorp Atlantique.

«C’est une surprise, mais cette combinaison devrait nous faire économiser 25%, ce qui est assez important», a expliqué ce dernier.

L’entreprise NovaPet d’Amherst, en Nouvelle-Écosse, a été le soumissionnaire retenu pour l’achat du plastique recyclé. Auparavant, ces matières étaient recyclées au Québec.

Ces produits seront éventuellement transformés en nouveaux contenants en plastique et en parechoc de voiture.

«Ça ne change toutefois rien pour le public, qui ne verra pas de changement. Là où ça va changer, c’est dans nos rapports avec les 73 centres de récupération au Nouveau-Brunswick, car il y aura moins de triage à effectuer», affirme Pierre Landry.

Selon lui, il y aura d’autres améliorations apportées en octobre, alors que vont s’opérer tous ces changements.

En plus de la réduction du triage dans les centres de récupération, Encorp Atlantique estime que les nouvelles mesures du programme de gestion apporteront une nouvelle technologie, plus d’argent pour le Fonds en fiducie pour l’environnement du Nouveau-Brunswick et le transport des produits dans de nouveaux camions.

«On parle de 400 millions de récipients à boisson qui sont vendus chaque année au Nouveau-Brunswick», fait remarquer Pierre Landry.

De ce nombre, Encorp Atlantique gère plus de 160 millions de récipients à boisson non alcoolisée pour recyclage après consommation dans la province.

G.M. Rioux doit commencer son travail de fournisseur de services auprès d’Encorp pour la collecte, le transport et le traitement partiel de ses récipients à boisson non alcoolisée le 5 octobre.

«Nous travaillerons avec Encorp Atlantique ainsi que les centres de la province pour nous assurer d’une bonne transition et surtout que le programme soit efficace et puisse répondre à son mandat», a pour sa part indiqué Mélanie Rioux-Desjardins, directrice générale adjointe des ventes et des taux de l’entreprise de transport.

G.M. Rioux emploie actuellement une centaine de travailleurs. L’octroi du contrat d’Encorp Atlantique devrait permettre la création d’une douzaine de nouveaux emplois selon l’entreprise.