Memramcook: un nouvel atelier pour l’entreprise O’Brien

Le constructeur de grues a terminé l’agrandissement de ses installations. L’investissement lui permettra d’étendre sa production et de créer des emplois.

O’Brien Manufacturing vient d’ouvrir un atelier à Memramcook. Le nouveau bâtiment permettra la production de différents types de grues et de divers équipements de levage.

L’entreprise pourra désormais concevoir des éléments d’environ 100 pieds, capables de soulever plus de 100 tonnes.

Une zone a été aménagée pour la peinture des produits. «Ça nous donne plus de potentiel», commente Christian Bourgeois, apprenti originaire du village.

Les coûts de construction et d’achat d’équipement s’élèvent à 1,5 million $. Le gouvernement provincial a contribué à la hauteur de 60 000 $.

«Nos infrastructures n’avaient pas été conçues pour ce type d’industrie, explique le propriétaire Hugh O’Brien. C’était très coûteux, mais l’entrepôt va nous permettre d’être deux fois plus efficaces.»

Vingt-deux personnes y travaillent actuellement et 10 à 12 emplois supplémentaires pourraient être créés dans les deux années à venir. Une bonne nouvelle pour Memramcook et les alentours.

«Nous avons besoin de techniciens et de travailleurs qualifiés», ajoute l’homme d’affaires de 80 ans.

Dans l’atelier, des grues de 30, 50 et 100 tonnes sont déjà en cours d’assemblage. Des enseignants du Collège communautaires sont venus signer les contrats de nouveaux apprentis.

Ouverte depuis 22 ans, l’entreprise a vu ses ventes augmenter de 5 millions $ et affiche de bonnes perspectives de croissance.

«Nous sommes désormais numéro un pour le Nouveau-Brunswick, et même en Atlantique.»

Parmi ses clients: le secteur public comme le secteur privé, et notamment les industries forestière, minière, du transport ou des papetières. O’Brien gère également l’entretien et les inspections des équipements qu’elle vend.

«Ça va profiter à l’industrie locale en général, conclut M. O’Brien. C’est bon pour bien des entreprises de nous avoir dans cette partie du Canada, ça leur évite de faire affaire aux États-Unis ou en Ontario.»