Nouveau programme de relève entrepreneuriale

Un programme de relève entrepreneuriale a été lancé dans la région Chaleur. Il consiste à jumeler des gens de la communauté qui visent à être leur propre patron ou des étudiants du postsecondaire à des entrepreneurs.

L’initiative de la CBDC Chaleur permettra non seulement aux gens d’affaires qui songent à la retraite à préparer leur succession, mais ce sera aussi l’occasion pour les participants de simplement acquérir une expérience sur le marché du travail.

«Au départ, c’était juste pour les étudiants, mais nous avons ouvert nos horizons parce que nous avons des citoyens qui veulent se lancer en affaires, sans savoir comment s’y prendre. Nous les jumelons avec des entrepreneurs qui deviennent leur mentor et eux peuvent les guider et leur donner des trucs pour réussir», a déclaré Isabelle Arseneau, la coordinatrice de projet de la CBDC Chaleur.

«Aussi, j’ai contacté plus de 400 entrepreneurs et je dirais que 25 % d’entre eux n’ont pas de plan de relève. Donc c’est une grosse situation, dans le sens que ce sont des entreprises qui ont du succès et si elles ferment, ça va avoir un impact négatif sur la région», a-t-elle précisé.

Elle a donc a approché le CCNB-Campus de Bathurst et le site de Bathurst de l’Université de Moncton pour recruter des intéressés.

«C’est positif pour nos étudiants qui ont le goût de demeurer dans la région et de débuter une carrière. C’est une façon qu’on devrait explorer un peu plus, lorsqu’on voit le défi des entrepreneurs dans la province qui n’ont pas un plan de succession. Il s’agit de faire le jumelage avec des étudiants qui ont les compétences, mais pas forcément l’expérience. Et ce ne sont pas nécessairement des étudiants en affaires. Ils sont en santé, en mécanique, etc. C’est un projet qui devrait se poursuivre plus longtemps», a commenté Paolo Fongemie, le directeur du CCNB-Bathurst.

Concrètement, les participants au projet et les mentors se rencontreront de deux à quatre heures par semaine, pour une durée de six semaines maximum.

«Ça va être du sur mesure, selon le nombre d’heures établies par le stagiaire et l’entrepreneur. Il y en qui vont commencer dans les prochains jours et ça va aller jusqu’à la fin novembre. Ce seront des stages de quatre à six semaines», a détaillé Isabelle Arseneau.

D’ailleurs, la CBDC offrira le 21 octobre, à Beresford, une séance d’information sur la relève d’entreprise avec le conférencier, Charles Gaudet. Une soirée réseautage avec le même invité se tiendra le même jour.