Le Nobel de l’économie remis à Angus Deaton

Le prix Nobel d’économie a été octroyé ce lundi à Angus Deaton, un professeur d’économie et d’affaires internationales qui enseigne à l’Université Princeton, au New Jersey.

M. Deaton, originaire d’Édimbourg, en Écosse, s’est distingué par ses recherches sur la consommation qui ont aidé à redéfinir la manière dont est mesurée la pauvreté à travers le monde, notamment en Inde.

Angus Deaton, qui aura 70 ans la semaine prochaine, recevra la récompense de 8 millions de couronnes suédoises (environ 975 000 $ US) de l’Académie royale des sciences de Suède pour son travail, qui a été décrit par le comité de sélection comme étant «d’une importance magistrale pour le bien-être de l’humanité, notamment pour les pays pauvres».

Le secrétaire du comité Torsten Persson a déclaré que les recherches du professeur Deaton «avaient vraiment démontré aux chercheurs et aux organisations internationales comme la Banque mondiale comment procéder pour comprendre le phénomène de la pauvreté, ce qui est probablement la contribution la plus importante qu’il ait faite».

M. Persson a expliqué que le travail de M. Deaton avait permis d’identifier comment les comportements individuels affectaient l’économie et que «nous ne pouvons comprendre l’économie dans son ensemble si on ne saisit pas ce qui se passe dans l’économie miniature que l’on crée par nos choix quotidiens».

Le récipiendaire s’est dit très heureux de remporter cet honneur et il s’est réjoui que le comité ait décidé de récompenser des recherches concernant les plus pauvres de la planète.

Lors d’un point de presse, M. Deaton a déclaré qu’il était confiant de voir l’extrême pauvreté poursuivre son déclin dans le monde, mais qu’il n’était pas «un optimiste aveugle».

Il a ajouté qu’il y a «d’immenses problèmes de santé qui persistent chez les adultes et les enfants en Inde, même s’il y a eu beaucoup de progrès». Il a noté que la moitié des enfants du pays souffraient «toujours de malnutrition».

Le comité de sélection a souligné que le travail de M. Deaton s’articulait autour de trois questions centrales: comment les consommateurs distribuent-ils leurs dépenses pour différents biens? Quelle proportion des revenus de la société sont-ils dépensés et épargnés? Et comment pouvons-nous le mieux mesurer et analyser l’aide sociale et la pauvreté?

Jakob Svensson, qui est membre du comité, a expliqué qu’Angus Deaton avait introduit le «système de demande presque parfait», qui est devenu un outil utilisé par les gouvernements pour quantifier les effets d’un changement dans une politique économique – par exemple, une hausse de la taxe de vente sur la nourriture – sur différentes strates de la société.

Ingvild Almas, professeure à l’École norvégienne d’économie, a expliqué qu’à la lumière des travaux réalisés par M. Deaton, le gouvernement indien avait changé sa méthodologie pour mesurer la pauvreté et que cela avait affecté les politiques gouvernementales de réduction de la pauvreté.

«Par exemple, M. Deaton a trouvé qu’il y avait beaucoup plus de pauvreté dans les régions rurales de l’Inde que ce que l’on croyait», explique-t-elle. «En pratique, cela a affecté le système indien de subventions destinées aux moins bien nantis. Les ménages qui n’étaient pas considérés comme pauvres avant peuvent maintenant bénéficier de ces politiques. C’est une conséquence directe des travaux de M. Deaton», a-t-elle poursuivi.

Le prix d’économie était le dernier prix Nobel à être octroyé en 2015.